International
URL courte
26705
S'abonner

Donald Trump déclare que son pays «protège l’Allemagne de la Russie». De toute évidence, cette rhétorique sur la prétendue «menace russe» vise entre autres à justifier la politique de l’Otan envers l’Ukraine. Des spécialistes de la sécurité mettent en garde les Européens contre l’euphorie au sujet de la garantie de leur sécurité par les États-Unis.

À la différence de l’époque suivant la Seconde Guerre mondiale, la Russie ne se concentre plus sur le «théâtre militaire des opérations militaires», et l’Otan n’est plus par conséquent aussi importante pour Moscou sur le plan stratégique, a estimé lors d’un entretien avec Sputnik Siegfried Fischer, spécialiste de la Russie à l’Institut de politique internationale WeltTrends.

«Comme nous autres, Européens, y vivons [en Europe, ndlr], nous nous concentrons naturellement sur cette histoire entre l’Otan, l’Europe et la Russie», a-t-il expliqué le cliché sur la fameuse «menace russe».

«Chassée de l’Europe», la Russie a été poussée «dans les bras de la Chine»

Et de rappeler qu’en fait, la Russie avait été «chassée de l’Europe et littéralement poussée «dans les bras de la Chine», voire dans la bipolarité géopolitique entre les États-Unis et la Chine.

«Sur le plan militaire, les États-Unis, qui ne procèdent pas à la modernisation militaire en Europe mais ailleurs, représentent un danger beaucoup plus grave, notamment en Arctique», a poursuivi l’expert.

Selon lui, un nouvel équilibre en matière de politique de sécurité est désormais en dehors de l’Europe, et la Russie s’intéresse beaucoup plus maintenant au Grand Nord, à la région du Pacifique et au Proche-Orient.

Par ailleurs, M.Fischer a également mis en garde les Allemands contre l’euphorie au sujet du retrait partiel des troupes américaines, car le fait même que quelque 10.000 soldats des États-Unis se retirent d’Allemagne ne changera rien à la politique américaine de déploiement de militaires dans différents pays.

«Et si les États-Unis veulent affaiblir la Russie, ils voudront aussi affaiblir la Chine et priver les Européens de leur identité. Ils [les Américains, ndlr] suivent le mot d’ordre: "Quiconque coopère avec la Russie peut ‘doubler’ les États-Unis, et il faut l’empêcher coûte que coûte"», a détaillé l’analyste.

Gregor Gysi, chargé des affaires étrangères de la Gauche allemande (Die Linke), a constaté lui aussi que le retrait partiel d’Allemagne de soldats américains est de plus en plus salué dans le pays.

Où va l’argent des contribuables allemands?

«L’Allemagne est entourée d’amis, et pas un seul pays n’entend l’attaquer», a écrit l’homme politique dans un communiqué de presse, dont Sputnik possède une copie.

Selon M.Gysi, au lieu d’accepter l’augmentation des cotisations à l’Otan jusqu’à 2% du PIB, Berlin ferait mieux d’expliquer que l’argent des contribuables allemands ne doit pas être dépensé dans les armes, chars et avions de combat, mais être investi dans l’enseignement, la santé, l’infrastructure et la justice sociale.

«Le gouvernement doit enfin faire entendre à Trump qu’il a du caractère», a-t-il insisté.

Annonçant le futur retrait partiel de troupes américaines d’Allemagne, Donald Trump a déclaré que Berlin devrait verser à l’Otan davantage d’argent: «Nous sommes supposés vous protéger contre la Russie, alors que vous lui donnez des milliards de dollars [en lui achetant des hydrocarbures, ndlr], je pense que c'est très inapproprié».

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Tags:
Russie, menace, retrait des troupes, États-Unis, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook