International
URL courte
8029
S'abonner

Les États-Unis et la Russie ont lancé lundi à Vienne leurs négociations sur l’avenir du dernier accord de contrôle des armements nucléaires encore en vigueur entre les deux puissances, dont l’existence est menacée par l’insistance de Washington à y inclure la Chine. Le politologue autrichien Heinz Gärtner expose son avis à Sputnik.

Donald Trump insiste sur la participation de la Chine à un futur accord qui doit être conclu pour remplacer le traité bilatéral New Start, signé en 2010 et qui expire le 5 février 2021. Les États-Unis justifient leur exigence par la capacité nucléaire en rapide expansion de Pékin.

Heinz Gärtner, professeur à l’université de Vienne, a avoué à Sputnik ne pas s’attendre à la réussite des négociations.

«On ne doit pas espérer grand-chose de ces rencontres à Vienne entre les chefs de diplomatie des deux superpuissances. […] Je pense que l’accord ne sera pas prolongé», a déclaré l’interlocuteur de l’agence.

Selon lui, il est peu probable que Donald Trump veuille arriver à une entente avec la Russie.

«Ses électeurs voudraient plutôt que ces négociations échouent. Si le Président américain tient compte de la tactique électorale, le traité aura très peu de chance d’être prorogé», a estimé le spécialiste.

Il relève que l’exigence de Donald Trump sur la participation de la Chine est «absurde», Pékin disposant de beaucoup moins d’armes nucléaires que les États-Unis et la Russie.

«Les Américains ne cessent d’insister sur la participation de la Chine et le refus de Pékin pourrait leur servir d’excuse pour se retirer du traité», a résumé l’universitaire.

Le traité New Start est donc le dernier traité de contrôle entre les États-Unis et la Russie toujours valable. Il a été signé par Moscou et Washington et est entré en vigueur le 5 février 2011 pour une durée de 10 ans.

Lire aussi:

Caricatures: Macron se prononce pour la première fois depuis la polémique sur ses propos
Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un commerçant de Nîmes interdit l’entrée de son magasin aux femmes voilées
Tags:
États-Unis, Chine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook