International
URL courte
19670
S'abonner

Au moins trois personnes ont trouvé la mort dans une attaque à l'arme blanche qui s'est produite ce vendredi 26 juin à Glasgow, en Écosse, rapporte la BBC. La police parle pour sa part de six blessés, dont un membre des forces de l'ordre.

Une attaque à l'arme blanche s'est produite ce vendredi 26 juin à Glasgow, métropole d’Écosse et troisième ville du Royaume-Uni. La BBC, se référant à des sources au sein du gouvernement britannique, a fait état d'au moins trois morts dans l'incident.

​Pour sa part, la police parle pour le moment de six blessés dans l'incident, dont un membre des forces de l'ordre, et affirme que l'assaillant, dont le mobile est inconnu, a été abattu. Pour l'instant, l'attaque n'est pas considérée comme du terrorisme, indique la police.

Sur les réseaux sociaux, des témoins ont constaté une importante présence policière sur les lieux. La police métropolitaine a fait état d'une opération en cours. Plusieurs rues du centre-ville ont été bloquées, et les services de secours mobilisés.

Selon l'association Positive action in housing, spécialisée dans le logement de migrants, les faits se sont produits dans un hôtel qui accueillait des réfugiés.

D'après une source contactée par Reuters, «la situation est contenue» et «il n'y pas de danger pour le public». Le Premier ministre britannique Boris Johnson a fait état de sa «profonde tristesse» suite à l'attaque de Glasgow:

La semaine dernière, trois personnes avaient trouvé la mort dans une attaque au couteau à Reading, qualifiée d'attentat terroriste par la police britannique.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Attaque à Nice: un deuxième homme qui a été en contact avec le tueur placé en garde à vue
Tags:
blessés, incident, Royaume-Uni, Écosse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook