International
URL courte
278311
S'abonner

Si la Russie a été exclue en 2014 du G8, c’est sur l’insistance de l’ex-Président Barack Obama, car sous sa présidence «les États-Unis étaient faibles sur tout, mais surtout sur la Russie», a affirmé Donald Trump.

L’ancien Président des États-Unis Barack Obama a insisté sur l’exclusion de la Russie du G8 en 2014 parce que Washington avait essuyé une défaite face à Moscou sur la scène internationale, a affirmé Donald Trump dans un message posté sur

«La Russie a eu le dessus sur lui [Joe Biden, ndlr] et Obama pendant leur mandat si bien qu’Obama n’en voulait plus au sein du G8 de l’époque. Les États-Unis étaient faibles sur tout, mais surtout sur la Russie!», a-t-il affirmé.

L'ancien vice-président et candidat démocrate à la présidentielle de novembre, Joe Biden, a appelé à ne pas inviter la Russie au sommet du G7.

Une question de «bon sens»

Il estime que cette décision doit être prise si les informations du New York Times sur des liens supposés entre Moscou et des combattants «proches des talibans» en Afghanistan se révèlent exactes. Il a également accusé Donald Trump d’avoir été au courant de l’affaire sans introduire quelque sanction que ce soit.

Le Président a nié pour sa part avoir été informé de possibles primes versées par Moscou à des talibans pour tuer des soldats occidentaux en Afghanistan. Début juin, il avait déclaré qu’inviter la Russie au sommet du G7 aux États-Unis était une question de «bon sens», ajoutant qu’il voulait y voir également l’Inde, la Corée du Sud et l’Australie.

Lire aussi:

Une météorite explose au-dessus de la Turquie ravagée par les incendies – vidéos
Messages de haine, boycotts, menaces: de plus en plus de professionnels harcelés à cause du pass sanitaire
Des milliers de Parisiens réunis pour une nouvelle manifestation contre le pass sanitaire – vidéos
«C’est lamentable!»: une clinique privée refuse une patiente sans pass sanitaire
Tags:
Donald Trump, Barack Obama, Russie, États-Unis, G7
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook