International
URL courte
7929
S'abonner

La Commission des arts de Boston a voté à l’unanimité le 30 juin pour que soit retirée la statue représentant un esclave libéré agenouillé aux pieds d’Abraham Lincoln sur le mémorial Émancipation. Cette décision est liée à une série de destructions de statues commises lors des récentes manifestations contre le racisme en Europe et aux États-Unis.

Les autorités de la ville de Boston, aux États-Unis, ont décidé de retirer du parc du centre-ville la statue représentant d’un esclave libéré agenouillé aux pieds du 16e Président américain Abraham Lincoln, à l’époque duquel l’esclavage a été aboli dans le pays, relate le Washington Post.

Selon le média, la Commission des arts de Boston a voté à l’unanimité le 30 juin pour retirer cette statue du mémorial Émancipation. Elle se trouve dans un parc situé juste à côté du jardin public Boston Common depuis 1879. Il s’agit d’une copie d’un monument identique qui avait été érigé à Washington trois ans plus tôt, comme l’indique la source. 

D’après le Washington Post, plus de 12.000 personnes ont signé une pétition demandant ce retrait. La date du démantèlement est encore inconnue.

Destructions de plusieurs statues

Dans la foulée des manifestations de masse ayant suivi la mort de George Floyd, de nombreuses statues ont été dégradées: à La Nouvelle-Orléans des manifestant ont démoli le 13 juin le buste de l’esclavagiste John McDonough et l'ont jeté dans le fleuve Mississippi, le monument consacré aux soldats des États confédérés a été sérieusement endommagé mercredi à Portsmouth, en Virginie, une statue de Christophe Colomb a été décapitée à Boston et une autre jetée dans un lac de Virginie.

Lire aussi:

Santé publique France dévoile la carte des zones les plus touchées par le Covid-19 - photo
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
esclavage, statue, Boston, Abraham Lincoln, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook