International
URL courte
326326
S'abonner

Les dépouilles de 24 combattants algériens tués lors de la colonisation française seront rapatriées en Algérie à bord d’avions militaires dans la journée, a fait savoir ce 2 juillet le Président Tebboune.

Le Président algérien a annoncé le rapatriement imminent des restes de 24 combattants tués lors de la colonisation française.

«D'ici quelques heures, des avions militaires algériens en provenance de France vont se poser à l'aéroport international Houari Boumediène avec les dépouilles de 24 leaders de la Résistance populaire et de leurs compagnons», a indiqué le Président algérien, au cours d'une cérémonie de remise de grades et de médailles à des officiers de l'armée.

Il s'agit «des dépouilles de 24 chefs de la Résistance populaire qui ont été privés de leur droit naturel et humain d'être enterrés depuis plus de 170 ans», a-t-il précisé.

Leurs noms

Parmi ces combattants figure notamment cheikh Bouziane, le chef de la révolte de Zaâtcha (est de l'Algérie) en 1849. Capturé par les Français, il avait été fusillé puis décapité.

Sont également cités les noms de Bou Amar Ben Kedida et Si Mokhtar Ben Kouider Al Titraoui, considérés comme des martyrs des premiers temps de la résistance à la colonisation française.

Réclamés depuis des années par Alger, ces restes mortuaires, plusieurs dizaines de crânes au total, étaient conservés dans les collections du Muséum national d'histoire naturelle.

Lors d'une visite à Alger le 6 décembre 2017, Emmanuel Macron s'était engagé à les restituer.

Lire aussi:

Le chef du Conseil scientifique prévient du risque d'une situation extrêmement difficile dès la mi-mars en France
La France recense le plus grand nombre journalier d’admissions en réanimation depuis début novembre
Une voiture de police percute une foule de spectateurs à un rodéo nocturne et roule sur une personne - vidéos
Emmanuel Macron pourrait annoncer le 3e confinement ce mercredi, selon le JDD
Tags:
combattant, colonisation, Abdelmadjid Tebboune, Alger
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook