International
URL courte
5878
S'abonner

Afin de renforcer sa Force aérienne, le ministère indien de la Défense a pris la décision d’acheter à la Russie 21 chasseurs MiG-29 et de moderniser 59 avions de ce type qui étaient déjà en service dans son armée.

Le Conseil indien d'approvisionnement en matière de défense a approuvé l'achat de nombreux chasseurs russes, a annoncé ce jeudi 2 juillet la Défense indienne.

«Compte tenu du besoin ressenti depuis longtemps par l'Indian Air Force d'augmenter les escadrons de chasse, le Conseil a approuvé une proposition d'achat de 21 MiG-29, la modernisation des 59 MiG-29 existants et l'achat de 12 Su-30 MKI», indique un rapport.

L’achat et la modernisant des MiG-29 devraient coûter 74,1 milliards de roupies (876 millions d’euros) alors que les Su-30 MKI seront achetés par Hindustan Aeronautics pour un coût estimé à 107,3 milliards de roupies (1,26 milliard d’euros).

Au total, le Conseil a approuvé la modernisation des armements de la Force indienne à hauteur d'environ 389 milliards de roupies (4,5 milliards d’euros).

Une mesure face à la Chine?

Le projet d’achat de chasseurs russes a été évoqué quelques jours après l'accrochage militaire dans l'Himalaya entre l'Inde et la Chine qui a coûté mi-juin la vie à 20 soldats indiens. Cependant, un haut responsable du gouvernement indien a alors démenti que le futur achat serait lié à cet accrochage.

Le 30 juin, l’Hindustan Times, se référant à une source qui a préféré garder l’anonymat, a également annoncé qu’à la suite d’une «demande spéciale» de l'Indian Air Force, le constructeur aéronautique français Dassault Aviation livrerait à l’Inde fin juillet six Rafale au lieu des quatre prévus.

Lire aussi:

Voici pourquoi il vaut mieux poser votre smartphone l'écran vers le bas
Macron aurait été «furieux» contre Sarkozy pour une affaire de rachat de médias par Bolloré
Le Covid-19 est une «répétition de guerre biologique», selon un docteur émérite russe
Tags:
Russie, chasseur, France, Inde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook