International
URL courte
31836
S'abonner

L’administration Trump a acheté près de 90% des stocks prévus pour trois mois de remdésivir, le premier antiviral contre le Covid-19 approuvé, selon le Guardian. Une démarche qui prive les pays européens de ce seul traitement contre la maladie efficace produit par le laboratoire américain Gilead.

Les États-Unis ont acheté plus de 500.000 doses de remdésivir, un antiviral visant à soigner le Covid-19, produit par le laboratoire pharmaceutique américain Gilead, rapporte le Guardian. Ce lot représente toute la production du médicament pour juillet et 90% d'août et de septembre, est-il précisé. Aussi, le Royaume-Uni, le pays européen le plus touché par l’épidémie, ainsi que d’autres pays européens, n’auront-ils pas la chance de se procurer ce médicament dans un avenir proche, selon le quotidien.

«Ils ont accès à la majeure partie de l'approvisionnement en médicaments [remdésivir, ndlr], donc il n'y a rien pour L'Europe», a estimé le docteur Andrew Hill, principal chercheur invité de l’université de Liverpool.

«America First»

Il est à noter que, ces derniers jours, l’épidémie semble repartir de plus belle outre-Atlantique. Ainsi, la semaine dernière, les États-Unis ont enregistré un nouveau record quotidien de 50 000 nouveaux cas de coronavirus en un seul jour, fait remarquer le média. Acheter l'offre mondiale du «premier antiviral à avoir démontré une amélioration de l’état d’un patient lors des essais cliniques pour le Covid-19», comme il est indiqué sur le site de Gilead, est une réponse de l’administration Trump à la propagation de cas détectés et au nombre croissant de morts.

De ce fait, pour le Guardian, les États-Unis ont adopté une attitude «America First» tout au long de la pandémie mondiale. «C'est le premier médicament approuvé, et où est le mécanisme pour y avoir accès?», s’interroge le docteur Andrew Hill, cité par le quotidien.

Et si c’était le vaccin?

Selon le spécialiste, pour le moment, il n'y a pas de mécanisme pour assurer un approvisionnement en dehors des États-Unis. Le problème est que Gilead est la seule firme à posséder un brevet du médicament, alors il est le seul laboratoire en mesure de produire ce traitement.

M.Hill a déclaré au média qu'il y avait un moyen pour le Royaume-Uni d'obtenir des approvisionnements de ce médicament et d'autres pendant la pandémie, un outil intitulé «une licence obligatoire», qui «surpasse» le problème des droits de propriété intellectuelle de l'entreprise. Cela permettrait au gouvernement britannique d'acheter des génériques au Bangladesh ou en Inde, où le brevet de Gilead n'est pas reconnu, est-il souligné.

La question qui s’impose est de savoir ce qui se passerait s’il s’agissait d’un vaccin. «Ce serait une tempête de feu. Mais c'est peut-être un avant-goût des choses à venir», a-t-il déclaré au Gardian.

Remdésivir, un traitement «équitable»

Récemment, le fabricant du remdésivir a affiché le prix du médicament: 390 dollars (soit 347 euros) par ampoule ou 2.340 dollars (soit 2.076 euros) pour cinq jours de traitement. Ce coût, fixé pour «tous les gouvernements des pays développés du monde entier où le remdésivir est approuvé ou autorisé pour l'utilisation», est censé «assurer un accès large et équitable» au traitement, est-indiqué dans une lettre ouverte de Daniel O’Day, le PDG de la firme, publiée le 29 juin.

Lire aussi:

Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Tags:
The Guardian, Gilead Sciences, Covid-19, traitement, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook