International
URL courte
5320
S'abonner

Des manifestants dans la ville américaine de Portland ont incendié la statue d’un élan, provoquant une vague de moqueries et de suppositions pour savoir si l’animal était un «suprémaciste blanc» ou bien avait des esclaves.

Dans le contexte du mouvement antiraciste et anticolonial, les manifestants à Portland, dans l’État de l’Oregon, ont fait l’objet de railleries après avoir mis le feu à la statue d’un élan. Le monument a été retiré du centre-ville après cet acte de vandalisme, indique Oregonlive.

C’est en hommage à un élan qui vivait un jour dans les alentours qu’a été érigée en 1900 la statue en bronze, accompagnée d’une fontaine, et offerte en don par l’ex-maire de Portland David Thompson (1879–1882). Vandalisée lors des mobilisations en 2011 et 2016, la statue a été de nouveau taguée et incendiée dans la soirée du 1er au 2 juillet, puis de nouveau enflammée dans la soirée du 2 juillet.

«Le feu ne semble pas avoir endommagé l’élan», a annoncé Keith Lachowicz, gérant des collections d’art public.

Les motivations des manifestants restent inconnues, même si un graffiti ACAB («Tous les flics sont des salauds») est visible sur le piédestal de la statue. Sur les réseaux sociaux, les utilisateurs n’ont pourtant pas tardé à avancer ironiquement des théories.

«L’élan avait plusieurs esclaves et a été l’un des plus importants propriétaires d’une ferme de coton à Portland. Il mérite d’être retiré», a moqué un internaute.

D’autres ont supposé que les «troupeaux d’élans ayant disparu» sont «le dernier bastion du suprémacisme blanc et du racisme systémique».

Certains se sont penchés sur le passé de l’élan: «Les gens bons et pacifiques de Portland ont mis le feu à la statue d’un élan de 1900. Il a été confirmé que l’élan avait combattu lors de la guerre civile [de 1861 à 1865, ndlr], arborant le drapeau confédéré», a-t-il été lancé, précisant qu’il était le «leader des gens méchants» et que finalement justice avait été rendue et que le racisme avait pris fin.

Statues dégradées

Des statues représentant le passé colonial ont été vandalisées dans plusieurs pays depuis le déclenchement du mouvement Black Lives Matter. Des monuments à Christophe Colomb ont été vandalisés ou déboulonnés par des manifestants antiracistes aux États-Unis.

En France, ont été pris pour cible les monuments du général Faidherbe à Lille ou encore de Colbert devant l'Assemblée nationale à Paris. La statue du général Joseph Gallieni, militaire et administrateur colonial français, place Vauban, à Paris, a été à son tour couverte d’un drap noir.

Lire aussi:

La liste des départements classés en «zone rouge» s’allonge à nouveau
Nouvelle attaque dans une école maternelle en Chine – vidéo
Le numéro deux de LREM démissionne en appelant la direction à faire de même
Tags:
dégradation, statue, Portland
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook