International
URL courte
Par
4142
S'abonner

Détournant le nom du médicament controversé, l’entrepreneur belge Gérard Lambert aspire à combattre avec son Clos Roquine l’atmosphère d’angoisse qui s’est installée avec l’épidémie. Retour sur la naissance et les perspectives du vin en question dans cet entretien accordé à Sputnik.

Tout a commencé par un drame: Gérard Lambert a abordé le sujet du virus avec une connaissance, un jeune homme surdoué, avant que ce dernier ne décède le lendemain dans un accident de moto. Mais l’idée dont ils avaient discuté, «On n'arrête pas le virus avec la panique mais avec l’intelligence», a pris racine dans l’esprit de l’entrepreneur belge.

«De cette phrase […] m’est venue l’idée – que l’on n’arrêtera pas les conséquences du virus avec la morosité mais avec de l’humour, du courage et de l’espoir», a expliqué M.Lambert dans un entretien à Sputnik.

S’y sont ajoutés les résultats d’une vaste étude de l’Ifop sur l’attitude des Français face au phénomène de la chloroquine et au traitement l’utilisant contre le Covid-19. Selon l’enquête, 98% des Français ont entendu parler de ce traitement et 59% savaient précisément de quoi il s’agissait.

Et voilà que le 14 avril, Gérard Lambert et son partenaire Dylan Gül ont enregistré la marque Clos Roquine au niveau européen avec pour mission d’«apporter une partie de l’humour nécessaire à combattre la morosité et l’angoisse nées de la crise du Covid-19».

Chloroquine

La chloroquine n’est pas inconnue de l’entrepreneur. Il a eu l’occasion de se faire une idée de ses effets lorsqu’il a travaillé à Kinshasa, au Zaïre (RDC) de 1986 à 1990, et prenait un cachet de Nivaquine tous les jours en tant que mesure préventive contre le paludisme.

Et vraiment, parmi les personnes prenant de la chloroquine autour de lui il y avait très peu de victimes de la malaria. Le Belge a beaucoup voyagé sur le continent africain, mais n’a «jamais eu de crise de malaria».

«Il était par contre recommandé de prendre la Nivaquine le matin, car on disait qu’elle pourrait empêcher de dormir. J’ai toujours respecté les consignes et n’ai jamais remarqué le moindre effet», s’est-il rappelé.

Ainsi, la prise préventive du médicament par Donald Trump lui semble une bonne décision. Quant à l’activité du fervent défenseur de la chloroquine Didier Raoult, il formule son attitude «en quatre mots: un profond respect, une très grande admiration, une énorme reconnaissance, une source d’inspiration».

Tristesse des étiquettes du vin

Considérant la gestion de l’épidémie en France comme «moyenâgeuse» et estimant le marché français comme l’un des plus importants, le nom du futur vin «s’est naturellement imposé» à Gérard Lambert, suivant ainsi la mode ironique déjà lancée par le fromage Confiné ou la bière Confinouze.

Au cours des 30 années pendant lesquelles le Belge a travaillé dans la grande distribution un peu partout dans le monde, il affirme avoir «toujours été frappé par la tristesse et le sérieux des étiquettes de vin». D’où la mission qu’il s’est assignée: dépoussiérer ce marché «endormi».

Le smiley sur l’étiquette «faisait dès le départ partie intégrante du concept pour son côté "clin d’œil" et le masque pour rappeler à tout le monde les gestes barrière. Plus tard, le masque disparaîtra et le clin d’œil ne sera donc plus masqué», explique-t-il.

À l’international

Les plans de l’entrepreneur prévoient d’étendre les ventes du Clos Roquine à plusieurs pays étrangers comme l’Australie, l’Azerbaïdjan, le Canada, les États-Unis, la Russie, le Maroc, la Tunisie, la Turquie.

«Nous avons déjà enregistré une demande d’embouteillage sous licence en Suisse et nous avons des marques d’intérêt en Tunisie et au Maroc –qui sont deux gros producteurs de vin. Des contacts ont également été pris en Azerbaïdjan», précise M.Lambert.

Pour mieux connaître ses futurs consommateurs, surtout ceux habitant en France ou les francophones de Belgique, un sondage a été mis en ligne sur son site auquel 208.000 personnes ont déjà participé.

Plats compatibles

Dans les conditions du confinement, un fabriquant catalan a été plus facilement trouvé qu’un vigneron français. Le Clos Roquine est décliné en trois gammes: blanc, rosé et rouge. Gérard Lambert donne de petits conseils sur les plats avec lesquels il sera parfait de le consommer.

Pour le blanc, «un jeune vin frais, fruité et vif», plutôt la bouillabaisse, les hors-d'œuvre, les plats de poisson, les pâtes et les viandes blanches, ou encore les mets de style tapas.

Le rosé de couleur fraise, à l’«arrière-goût croustillant» accompagne merveilleusement la bouillabaisse et toutes sortes de plats de riz, pâtes, aliments fumés, viandes blanches et légumes grillés.

Le rouge, de couleur cerise, avec un arôme «audacieux et fruité» va bien avec la charcuterie, les saucisses, viandes et fromages légers et crémeux.

Finalement, le grand souhait de l’entrepreneur est que les célèbres moules-frites, soient associées au Clos Roquine blanc. En effet, ce vin complète parfaitement le goût de ce mollusque, M.Lambert en est persuadé.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un prêtre orthodoxe grièvement blessé par balles devant une église à Lyon - vidéos
Boris Johnson annonce le reconfinement de l'Angleterre
Tags:
Covid-19, vin, Didier Raoult, chloroquine (chloroquinine)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook