International
URL courte
10973
S'abonner

Un avion immatriculé aux États-Unis et qui aurait transporté de la drogue a été «neutralisé» le 7 juillet par des militaires vénézuéliens dans l’espace aérien du pays, annonce le Commandement stratégique opérationnel des forces armées bolivariennes.

Le Commandement stratégique opérationnel des forces armées bolivariennes (CEOFANB) a annoncé la «neutralisation» d'un avion américain qui avait violé l'espace aérien du Venezuela. Selon lui, l'appareil transportait de la drogue.

«Le CEOFANB rapporte que le Commandement général des forces aérospatiales vénézuéliennes a détecté un avion avec un numéro d’immatriculation américain dans l'espace aérien du pays dans la nuit du 7 juillet et a procédé à sa neutralisation avec des avions militaires, en vertu de la loi», indique le compte Twitter du Commandement.

​Selon le site Flightradar24, il s'agit d'un appareil privé Hawker 800. Le même jour, il avait également effectué un vol depuis la ville de Toluca au Mexique vers l'île de Cozumel en mer des Caraïbes.

Aucune information officielle sur le lieu, la charge et l'équipage n'est fournie.

Des cas similaires

Ce n’est pas la première fois que le COEFANB rapporte la neutralisation d’avions utilisés pour le trafic de drogue. Ainsi, des faits similaires se sont produits dans l'État de Zulia, à l'ouest du pays, les 9 et 16 juin.

En 2013, Nicolas Maduro avait annoncé l’entrée en vigueur d’une loi permettant d’abattre tout avion de trafiquants de drogue pénétrant dans l’espace aérien du pays. Le projet de loi avait été proposé par Hugo Chavez.

Lire aussi:

Macron: «les images de l'agression» du producteur à Paris «sont inacceptables et nous font honte»
Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Une octogénaire étranglée, dépouillée et enfermée dans un placard, près de Calais
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Tags:
avion, trafic de drogue, Nicolas Maduro, Venezuela
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook