International
URL courte
2614217
S'abonner

La partie russe a évoqué la date approximative des premières livraisons d’avions russo-chinois CR929, censés concurrencer Airbus et Boeing. Ils devraient être prêts pour 2028-2029.

Les premières livraisons d'avions russo-chinois long-courriers CR929 devraient commencer en 2028-2029, a fait savoir Ravil Khakimov, le PDG de la holding russe Irkout, membre du Consortium aéronautique unifié (OAK), lors de son discours au Conseil de la fédération.

«Globalement, le programme devrait être mis en œuvre compte tenu des actualisations présentes. Les livraisons de cet avion devraient commencer en 2028-2029», a-t-il déclaré.

M.Khakimov a ajouté qu'il était prévu de finaliser la sélection des fournisseurs en 2020 puis de passer en 2021 à la conclusion des contrats avec ceux-ci. Cette étape sera probablement repoussée face à certaines difficultés dans le travail avec les partenaires chinois.

Le futur concurrent de Boeing et Airbus

Le CR929 est le premier avion russo-chinois long-courrier conçu par le Consortium aéronautique unifié (OAK) de concert avec la Commercial Aircraft Corporation of China (COMAC).

Lors du Salon international de l’air et de l’espace qui s’est déroulé en novembre 2018 à Zhuhai, en Chine, l’OAK et la COMAC ont présenté une maquette à l’échelle 1:1 du futur CR929. L'appareil mesure 22 mètres de long, 5,9 de large et 6,5 de haut. 

Il s'agit d'un avion de ligne capable de transporter de 250 à 300 passagers et qui entrera en concurrence avec ceux fabriqués par les autres constructeurs aéronautiques, dont Airbus et Boeing.

Lire aussi:

«C'est un mal pour un bien»: un soldat français blessé lors d'une attaque terroriste au Mali témoigne
La Chine présente un prototype de train à sustentation magnétique conçu pour rouler à 620 km/h – vidéos
La France passe le seuil des 70.000 décès depuis le début de l’épidémie
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Tags:
avion, CR929, Chine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook