International
URL courte
L'ancienne basilique Sainte-Sophie d'Istanbul transformée en mosquée (15)
392725
S'abonner

La Turquie a rejeté les critiques de l’Union européenne concernant sa décision de transformer l’ancienne basilique Sainte-Sophie d’Istanbul en mosquée, rappelant le sort des anciennes mosquées devenues églises chrétiennes en Espagne.

Définir le statut de la basilique Sainte-Sophie (Hagia Sophia) d’Istanbul est le droit souverain de la Turquie, personne ne peut s’immiscer dans cette affaire, ont annoncé mardi 14 juillet le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, et le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, en réaction à une déclaration du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.

«Nous rejetons les critiques de l’UE. C’est un sujet associé à notre souveraineté. Nous préserverons Sainte-Sophie comme nos aïeux l’ont fait. Elle sera ouverte aux prières musulmanes, mais accueillera aussi les visiteurs. Il y a des mosquées transformées en églises en Espagne. Devons-nous le dénoncer et exiger qu’elles redeviennent des mosquées?», a indiqué M.Cavusoglu devant les journalistes à Ankara.

Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, a lui aussi, rappelé le droit d’Ankara de décider du sort des édifices religieux situés sur le territoire turc.

«Sainte-Sophie appartient à la Turquie et tout projet la concernant, y compris la modification de son statut, est lié à la souveraineté de la république. Personne ne peut porter atteinte à notre droit souverain», a indiqué M.Aksoy.

Redevenue une mosquée, Sainte-Sophie restera ouverte aux fidèles de toutes les religions et répondra toujours aux critères de l’Unesco en tant que monument culturel du patrimoine mondial, d’après lui.

«N’importe que peut se rendre dans cet édifice magnifique. En plus, les travaux réalisés à l’intérieur de Sainte-Sophie ne nuiront pas aux critères requis pour la préserver sur la liste du patrimoine culturel mondial», a noté M.Aksoy.

L’Europe appelle Ankara à revenir sur sa décision

M.Borrell avait précédemment annoncé que les ministres des Affaires étrangères de l'UE avaient soutenu lundi 13 juillet la proposition d’appeler la Turquie à annuler sa décision de ré-autoriser les services religieux musulmans dans la basilique byzantine.

Le 10 juillet, le Conseil d'État, plus haut tribunal administratif de Turquie, a annulé la décision de 1934 sur la transformation de Sainte-Sophie en musée. Le Président Erdogan a immédiatement annoncé avoir signé un décret sur l’ouverture de l’ancienne basilique aux prières musulmanes en tant que mosquée à partir du 24 juillet.

Sainte-Sophie: de basilique à mosquée

Érigée de 532 à 537 par les Byzantins qui y couronnaient leurs empereurs, Sainte-Sophie a été une basilique chrétienne pendant plus de 1.000 ans. Après la prise de Constantinople par les Ottomans et la chute de l'Empire byzantin en 1453, elle a été transformée en mosquée.

Un décret de 1934 du fondateur de l'État turc moderne, Kemal Atatürk a transformé l'édifice en musée. En 1985, la basilique a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. En 2019, M.Erdogan a qualifié la transformation de Sainte-Sophie en musée de «très grosse erreur». Le 29 mai 2020, la sourate Al-Fath du Coran a été prononcée à l’intérieur de la basilique à l'occasion de l’anniversaire de la chute de Constantinople au XVe siècle.

Dossier:
L'ancienne basilique Sainte-Sophie d'Istanbul transformée en mosquée (15)

Lire aussi:

Une octogénaire étranglée, dépouillée et enfermée dans un placard, près de Calais
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Tags:
mosquée, Union européenne (UE), Mevlut Cavusoglu, Hami Aksoy, Turquie, Sainte-Sophie d'Istanbul
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook