International
URL courte
8313
S'abonner

Alors que le travail de la Commission de vérité et réconciliation (CVR) sur le passé colonial belge n’en est qu’à sa phase de préparation, la composition du comité de 20 experts censés préparer le terrain de son activité a suscité des mécontentements et révélé les difficultés auxquelles la CVR pourrait se heurter, écrit Le Soir.

Dans le contexte du décès de l’Afro-Américain George Floyd et des manifestations «Black Lives Matter» qui s’en sont ensuivies d’abord aux États-Unis, puis dans ailleurs dans le monde, la décision de créer une Commission dite de vérité et réconciliation a été prise en juin en Belgique. S’exprimant sur cette initiative, le président de la Chambre des représentants a alors expliqué qu’il était temps pour le pays de «se réconcilier avec son passé colonial».

La commission en question sera présidée par les Verts et devrait entamer ses travaux dès le mois d’octobre prochain. Pour préparer le terrain, le Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) et les Archives d’État ont été invités à proposer un groupe d’experts: 12 hommes et 8 femmes, 8 néerlandophones et 12 francophones, de Belgique et d’Afrique. Le Soir précise, dans son édition du 15 juin, que ces derniers seront censés, entre autres, examiner et harmoniser les points de vue des historiens, ainsi qu’établir «comment vulgariser la connaissance de l’histoire coloniale et promouvoir des actions "conciliatrices"».

L’absence de représentants d’associations irrite

La liste de 20 experts n’a pas tardé à fuiter, entraînant le mécontentement d’associations représentant la diaspora africaine, précise Le Soir, lesquelles ont pointé du doigt l’absence de quelques-uns de leurs membres aux côtés des experts.

Le MRAC s’est, quant à lui, vu qualifier d’«outil de la propagande coloniale».

Lorsque la fragmentation de la société resurgit

«Dans le choix des experts chargés des travaux préparatoires, d’autres clivages, inspirés par la politique, ont éclaté sans attendre», précise Le Soir.

En mentionnant les difficultés qui ont surgi lors du choix des experts, l’auteur de l’article anticipe les défis que devra affronter la Commission de vérité et réconciliation.

«Non seulement la Belgique sera confrontée à son passé colonial et à ses conséquences, mais elle fera également face à ses propres clivages politiques, confessionnels, communautaires».

En Belgique, la mort de George Floyd a ravivé le débat sur les violences de la période coloniale au Congo et le rôle très controversé du défunt roi Léopold II, accusé par certains militants anticolonialistes d'avoir tué des millions de Congolais.

Le 30 juin, à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance de la RDC, le roi Philippe a présenté «ses plus profonds regrets pour les blessures» infligées lors de la présence coloniale belge au Congo.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Les autorités libanaises ont déterminé l’origine des explosions à Beyrouth
Tags:
commission, colonisation, Afrique, Belgique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook