International
URL courte
Par
193686
S'abonner

Le Président turc a critiqué ce vendredi 17 juillet le soutien que l’Égypte accorde aux forces du maréchal Khalifa Haftar. Il a promis que la Turquie ne laisserait pas le peuple libyen seul.

S’exprimant devant les journalistes ce vendredi 17 juillet, Recep Tayyip Erdogan a qualifié d’«illégitime» l’aide accordée par Le Caire au maréchal Haftar face au Gouvernement de l’union nationale (GNA) de Fayez el-Sarraj que soutient la Turquie.

«En Libye, il existe le gouvernement légitime de [Fayez] el-Sarraj d’un côté et l’administration du putschiste Haftar de l’autre», ajoutant que les actions de ceux qui soutiennent ce dernier ne sont pas légales.

Le chef de l’État turc a également promis de ne pas laisser tomber les Libyens, évoquant les relations historiques entre les deux pays.

«Nous continuerons à assumer notre responsabilité en Libye, quelle que soit la responsabilité que nous avons prise jusqu'à présent. Nous ne laisserons pas nos frères Libyens seuls. Notre relation avec la Libye n'est pas une relation de 10, 20, 50 ans, mais une relation qui s'étend sur plus de 500 ans», a-t-il souligné.

Feu vert du parlement de l’est libyen

Mardi 14 juillet, la Chambre des représentants (parlement au pouvoir dans l'est libyen) a autorisé les forces égyptiennes à intervenir dans le conflit afin de protéger la sécurité nationale libyenne et égyptienne si elles constatent une menace imminente pour la sécurité des deux États.

Lors d'un entretien le lendemain avec les chefs de tribus libyennes, le Président égyptien a promis qu’il ne resterait pas inactif si la ligne rouge était franchie, traçant un axe entre la ville de Syrte et la province libyenne de Djoufra.

Guerre civile en Libye

Plongée dans le chaos depuis 2011 et une intervention internationale à l’initiative de la France de Sarkozy, la Libye est divisée en deux camps rivaux: d’une part le GNA dirigé par Fayez el-Sarraj qui siège à Tripoli et est reconnu par la communauté internationale, d’autre part un gouvernement parallèle élu dans l’est du pays soutenu par le maréchal Khalifa Haftar qui a depuis avril 2019 entrepris plusieurs tentatives de s’emparer de Tripoli.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Tags:
Recep Tayyip Erdogan, Khalifa Haftar, Turquie, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook