International
URL courte
12649
S'abonner

L’inscription Black Lives Matter située devant la Trump Tower a été vandalisée pour la troisième fois cette semaine, a indiqué le département de police de New York. Deux femmes ont été arrêtées. L’une d’elles, une Afro-Américaine, a été filmée en train d’y étaler de la peinture noire.

Samedi 18 juillet, l’inscription jaune Black Lives Matter située devant la Trump Tower a été vandalisée pour la troisième fois en une semaine. Deux femmes ont été arrêtées pour avoir versé de la peinture noire sur laquelle un policier a de plus glissé et s’est blessé à la tête et au bras. Il a dû être emmené à l’hôpital.  

La vidéo publiée sur Twitter par l’activiste américain Mark Dice montre l’une d’elles, les mains couvertes de peinture noire, en train de crier à de nombreuses reprises «Refund the police!» (refinancez la police!), en réponse au slogan «Defund the police» des militants Black Lives Matter qui souhaitent quant à eux une réduction du financement des forces de l’ordre.

L’un des agents qui tente de l’interpeller tombe alors sur le côté et reste au sol durant le reste de l’extrait. «Nous ne soutiendrons jamais Black Lives Matter», poursuit la femme, écartée ensuite par un autre policier.

Les deux interpellées n’ont pas encore été inculpées, mais elles pourraient se voir condamnées pour «vandalisme», à l’instar des détenus qui ont peint de rouge cette même inscription lundi 13 juillet et en bleu vendredi, a déclaré une source au département de police de New York. «C’est un délit mineur, pas un délit criminel», a-t-il ajouté.

L’origine de l’inscription

L’inscription géante Black Lives Matter ne constitue pas elle-même un acte de vandalisme, puisqu’elle a été peinte à l’initiative du maire démocrate de New York, Bill de Blasio. Des militants du mouvement antiraciste, dont le révérend Al Sharpton, figure de la lutte pour les droits des Noirs aux États-Unis, ont participé à sa création le 9 juillet.

Ce slogan n’a pas été placé par hasard devant la Trump Tower, puisque le Président américain ne l’a «jamais respecté», selon l’édile. Cet acte «permettra de reconnaître l’importance de l’idée que véhicule le slogan Black Lives Matter et qui a été rejetée à tort pendant une grande partie de l’Histoire américaine - l’idée de lutter contre toute forme de discrimination», a-t-il ajouté. 

Donald Trump avait quant à lui qualifié l’inscription de «symbole de haine sur la plus prestigieuse rue new-yorkaise».

Lire aussi:

Plusieurs explosions entendues à Minsk
«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Premier mort lors des manifestations à Minsk
Tags:
Mark Dice, Bill de Blasio, Trump Tower, New York, inscriptions, vandalisme, Black Lives Matter
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook