International
URL courte
142171
S'abonner

Dans le cadre de la vague de protestations en cours aux États-Unis après la mort de George Floyd, un incident peu commun s’est produit à Portland. La police s’est en effet avérée impuissante face à une femme sans vêtements faisant du yoga en pleine rue.

Des policiers de Portland, dans l'Oregon, ont été déconcertés par une manifestante nue qui a commencé à faire du yoga dans la rue. Ils ont ensuite été filmés en train de se retirer des lieux.

​​​La femme, qui ne portant rien d'autre qu'un masque et un bonnet, s'est approchée d'un groupe d'agents fédéraux et de policiers, le 18 juillet tôt le matin.

«Une Athéna nue est apparue et les petits garçons ne savaient pas quoi faire», a plaisanté un journaliste qui a documenté la rencontre.

​Elle refuse toute protection

Sur les images diffusées sur les réseaux sociaux, la militante s’est approchée des agents et s'est arrêtée à quelques mètres d'eux. Elle s’est ensuite mise à faire du yoga, les jambes écartées.

​Les policiers ont tiré plusieurs projectiles près de ses pieds nus, ce qui a incité un manifestant muni d'un bouclier à se tenir devant elle pour la protéger. Elle a toutefois essayé d’éviter cette protection et ne semble pas avoir été blessée.

Plusieurs photos et vidéos partagées sur Twitter montrent la police quitter ensuite les lieux, la laissant debout et nue dans la rue.

​Cet incident a marqué le 50e jour de troubles à Portland dans le cadre de la vague de protestations sous le slogan Black Lives Matter qui ont fait suite à l’assassinat de George Floyd en mai dernier.

Lire aussi:

Une ministre traite Asselineau et Philippot de «losers», ces derniers s’insurgent
La situation «dramatique» en outre-mer est «un avant-goût de ce qui risque de se passer en métropole»
Des sportifs américains aux JO s’en prennent aux athlètes russes après des défaites
Une voiture percute une terrasse à Paris, faisant au moins un mort et plusieurs blessés
Tags:
Portland, manifestation, police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook