International
URL courte
43614
S'abonner

Le Parlement égyptien a voté lundi pour la décision d'accorder au Président du pays Abdel Fattah al-Sissi le droit d'envoyer des troupes en Libye, selon les médias.

Les députés égyptiens ont approuvé ce lundi 20 juillet une possible intervention armée en Libye si les forces du gouvernement de Tripoli, soutenues par la Turquie, continuent leur avancée vers l'est du pays, relate l'AFP.

La Chambre a approuvé à l'unanimité l'envoi «d'éléments de l'armée égyptienne dans des missions de combat hors des frontières de l'État égyptien pour défendre la sécurité nationale égyptienne», selon un communiqué du Parlement cité par l'agence.

S'il ne cite pas le nom de la «Libye» dans son communiqué, les débats eux portaient bien sur ce pays voisin, note l'AFP. Le vote, qui s'est tenu à huis-clos, intervient quelques jours après que le Président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi eut déclaré que l'Égypte ne resterait pas «inerte» dans le conflit libyen face à une «menace directe» sur sa sécurité nationale.

Guerre civile en Libye

La Libye est plongée dans le chaos depuis 2011 et une intervention internationale à l’initiative de la France de Sarkozy.

Le pays est divisé en deux camps rivaux: d’une part le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez el-Sarraj qui siège à Tripoli et est reconnu par la communauté internationale, d’autre part un gouvernement parallèle élu dans l’est du pays soutenu par le maréchal Khalifa Haftar qui a depuis avril 2019 plusieurs fois essayé de s’emparer de Tripoli.

Le GNA est soutenu par la Turquie, qui a des militaires sur place, et le second par l'Égypte voisine, les Émirats arabes unis et la Russie.

L'Égypte avait déjà averti en juin que toute avancée des forces du GNA vers l'Est pourrait déclencher une intervention militaire égyptienne. Tripoli avait qualifié la position égyptienne de «déclaration de guerre».

Lire aussi:

Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Deux fois moins de nouveaux cas en 24h comparativement à la veille
Pour vaincre l’islamisme, faut-il sortir de la CEDH? À droite, certains plaident pour la rupture
Tags:
Libye, Egypte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook