International
URL courte
Par
12599
S'abonner

Ces derniers temps, les allégations sur la Russie et ses travaux visant à créer un vaccin anti-coronavirus vont bon train. Certains médias qui affirment que Moscou teste son vaccin sur les élites depuis avril, ou encore qu’elle organise des attaques informatiques pour voler des informations sur les futurs vaccins en Europe et aux États-Unis.

Un vaccin contre le coronavirus prétendument administré à des membres de l’élite en Russie est la plus récente d’une série de révélations présumées sur le pays dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

Le 20 juillet, Bloomberg a affirmé que de nombreux représentants des élites politiques et économiques russes se faisaient administrer dès le mois d’avril un vaccin contre le Covid-19 créé par le Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa. Il s’agirait de dirigeants de sociétés telles que le géant de l’aluminium Rusal, ainsi que de milliardaires et membres du gouvernement, note l’agence sans toutefois donner de noms.

Un vaccin testé en Russie depuis avril?

La publication de Bloomberg a engendré une vague de questions et de démentis.

Des commentateurs se demandent notamment comment le Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine et le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, ont pu attraper le Covid-19 respectivement en avril et en mai, si un vaccin était administré aux élites depuis avril.

Phase finale des essais cliniques du vaccin contre le Covid-19 en Russie
© Sputnik . Service de presse du ministère russe de la Défense
D’autres notent que l’utilisation présumée d’un vaccin anti-coronavirus chez les élites signifierait que celui-ci s’est révélé efficace, mais que sa production de masse serait trop onéreuse. Toutefois, les autorités russes ont informé que la production de la substance devrait commencer en septembre.

Le 20 juillet, Dmitri Peskov, qui s’est déjà remis de la maladie, a déclaré que le Président russe n’avait pas été vacciné car aucun vaccin n’avait encore été certifié. Commentant les allégations de Bloomberg, il a ajouté qu’il ne savait rien sur la participation de l’administration présidentielle aux programmes de tests.

La Russie n’aurait toujours pas de vaccin

Le 16 juillet, l’organisme gouvernemental britannique chargé de la cybersécurité a fait savoir que des hackers, d’après lui liés à Moscou, ont essayé de voler aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni des données relatives au développement d’un vaccin contre le coronavirus. Des experts occidentaux interrogés par les médias occidentaux ont par la suite supposé que la Russie était incapable de développer seule un vaccin contre le Covid-19.

Le Kremlin a répondu qu’il s’agissait de nouvelles allégations infondées.

Les déclarations de Bloomberg sur les tests d’un vaccin menés en Russie depuis avril ne s'accordent en rien avec l’hypothèse sur l’absence du vaccin dans ce pays qui rechercherait désespérément à s’en doter par une porte dérobée.

Covid-19 en Russie et dans le monde

Le 20 juillet, la Russie a pour la première fois depuis le 29 avril enregistré moins de 6.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, a annoncé la cellule de crise fédérale.

Le pays, qui totalise près de 776.000 cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie, a reculé au quatrième rang des pays les plus touchés, derrière les États-Unis, le Brésil et l’Inde qui comptent entre 1,1 à 3,8 millions de cas, selon l’université Johns-Hopkins.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Des dizaines de manifestants pro-Turcs défilent à Dijon en criant «Allahu Akbar» – vidéos
Tags:
allégations, médias, Russie, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook