International
URL courte
5784
S'abonner

Le chef de la diplomatie iranienne, Javad Zarif, remettra une lettre à Vladimir Poutine de la part d’Hassan Rohani et s’entretiendra avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé l’ambassadeur d’Iran en Russie.

Vladimir Poutine se verra remettre une missive de la part du Président iranien, Hassan Rohani. La lettre est arrivée à Moscou dans la poche du chef de la diplomatie de la République islamique, Mohammad Javad Zarif, a indiqué à Sputnik l’ambassadeur d’Iran en Russie, Kazem Jalali.

«Outre la remise du message d’Hassan Rohani à Vladimir Poutine, Javad Zarif négociera avec son homologue russe [Sergueï Lavrov, ndlr] au sujet de l’accord nucléaire signé il y a cinq ans», a souligné Kazem Jalali.

Dans une interview accordée au journal russe Kommersant, il a abordé le sujet des sanctions américaines, estimant opportun de former un club des pays qui en sont frappés, comme la Russie, la Chine et l’Iran.

Ces trois pays «doivent coopérer, s’aider et se compléter les uns les autres», a-t-il fait remarquer.

Kazem Jalali a déclaré également que Téhéran souhaitait acheter des armements sophistiqués à la Russie qui est pour l’Iran «un partenaire privilégié».

Accord sur le nucléaire iranien

Les relations entre Téhéran et Washington sont marquées aujourd’hui par des tensions, notamment à la suite du retrait unilatéral des États-Unis, en 2018, de l'accord sur le nucléaire iranien, suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines contre l’Iran.

L’accord sur le programme nucléaire iranien a été signé en 2015 à Vienne par huit parties: les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Russie, France, Chine, États-Unis et Royaume-Uni), l'Allemagne, ainsi que l'Union européenne et l'Iran en vue de contrôler le programme nucléaire iranien et d’annuler finalement les sanctions économiques contre Téhéran.

Lire aussi:

Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Macron met en garde contre une «accélération extrêmement forte» de la propagation du coronavirus
Une étudiante arrêtée pour avoir justifié le meurtre de Samuel Paty
Tags:
accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), Iran, Russie, Hassan Rohani, Vladimir Poutine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook