International
URL courte
111112
S'abonner

Dans le cadre de l’enquête sur l'évasion de Carlos Ghosn, les procureurs soupçonnent désormais le fils de l’ex-patron de Renault-Nissan d'avoir financé sa fuite depuis le Japon vers le Liban. Ainsi, selon Bloomberg, il aurait versé environ 500.000 dollars (430.000 euros) en cryptomonnaies à l'un des Américains accusés d'avoir aidé son père.

Le fils de Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir payé environ 500.000 dollars (430.000 euros) en cryptomonnaies à Peter Taylor, l'un des Américains accusés d'avoir organisé l'évasion de l'ex-PDG de Renault-Nissan inculpé de diverses fraudes financières, rapporte Bloomberg.

Le versement aurait été effectué via la plateforme Coinbase après que Carlos Ghosn s’est évadé à bord d'un jet privé vers le Liban, échappant ainsi aux autorités japonaises.

En octobre dernier, Peter Taylor aurait également reçu sur son compte bancaire deux virements de 870.000 dollars (environ 746.000 euros) en provenance du compte de Carlos Ghosn. Une somme qui s'ajouterait à celle payée en Bitcoin.

Au total, Peter Taylor et son père Michael ont reçu au moins 1,36 million de dollars (1,16 million d’euros) de la part de la famille Ghosn, indique l’agence qui cite les rapports d'enquête. Tous deux ont été arrêtés en mai aux États-Unis à la demande des autorités japonaises cherchant à obtenir leur extradition.

Libération sous caution

Selon Bloomberg, Michael, ancien membre des forces spéciales reconverti dans la sécurité privée, et son fils Peter Taylor essayent actuellement d’obtenir pour la deuxième fois leur libération sous caution une semaine après qu’un magistrat fédéral de Boston a rejeté leur première demande.

Malgré les déclarations de Carlos Ghosn sur l’innocence de sa famille dans son évasion, les procureurs aux États-Unis et au Japon disposent de preuves d’implication de son fils et de sa fille Maya, notamment des images de vidéosurveillance montrant cette dernière aux côtés de Peter Taylor le jour de l’évasion. Aucun membre de sa famille n’est cependant poursuivi pour l’instant.

La fuite de Carlos Ghosn

Carlos Ghosn, patron franco-libano-brésilien, 66 ans, a été arrêté en novembre 2018 au Japon puis inculpé pour diverses malversations financières présumées. Après 130 jours sous les verrous, il a été libéré sous caution fin avril, sous de strictes conditions et avec l'interdiction de quitter le pays dans l'attente de son procès. Il a pourtant réussi à quitter le Japon.

L'enquête japonaise pense que les Taylor ont rencontré en décembre dernier Carlos Ghosn qui a sans entrave échappé à l'assignation à résidence dans un hôtel de Tokyo. Ensemble, ils auraient pris un train pour Osaka, dans le sud-ouest de la principale île japonaise de Honshu.

Arrivé à l'aéroport international d'Osaka, l'ancien PDG aurait été caché dans un flight case (boîte pour transporter du matériel de musique) qui n’a pas fait l'objet de fouilles. C’est ainsi que Carlos Ghosn aurait pris un avion privé qui s'est envolé pour la Turquie le 29 décembre. Une fois à Istanbul, il est monté dans un autre avion privé qui l'a emmené au Liban, où il se trouve actuellement.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Un maire français frappé au visage et attaqué avec un feu d’artifice
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
Japon, Bitcoin, Carlos Ghosn, Renault-Nissan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook