International
URL courte
24593
S'abonner

Les autorités américaines exercent une pression croissante sur les entreprises européennes impliquées dans le projet Nord Stream 2. Selon Die Welt, elles «ont très clairement indiqué d’un ton amical qu'elles voulaient empêcher l'achèvement» du gazoduc.

Les autorités américaines accroissent la pression sur les entreprises européennes participant à la construction du gazoduc Nord Stream 2, rapporte le quotidien Die Welt.

Ainsi, les États-Unis ont organisé deux vidéoconférences avec des entrepreneurs allemands et issus d'autres pays européens afin de «mettre en évidence les conséquences considérables de la poursuite du travail dans le projet», relate le journal. Au total, 12 fonctionnaires de trois ministères américains (le département d'État, le département du Trésor et le département de l'Énergie) y auraient participé.

Selon Die Welt, ces responsables «ont très clairement indiqué d’un ton amical qu'ils voulaient empêcher l'achèvement de Nord Stream 2».

«Je pense que les menaces [de Washington, ndlr] sont très, très graves», a déclaré au quotidien une source anonyme.

Le durcissement des sanctions

La Chambre des représentants du Congrès américain a adopté mardi 21 juillet à l'unanimité un amendement au projet défense des États-Unis portant sur le durcissement des sanctions contre le gazoduc Nord Stream 2.

Le projet de loi sur l'extension des sanctions avait été déposé la veille par des représentants des partis Républicain et Démocrate. Il vise notamment les entreprises qui posent les tuyaux, offrent des services d'assurance ou des locaux pour la modernisation des navires de pose de tuyaux.

Les sanctions américaines contre les projets gaziers russes

Le 15 juillet, le département d'État américain a publié des recommandations en vertu de la «loi pour contrer les adversaires de l'Amérique au moyen de sanctions» (CAATSA) en y incluant le Nord Stream 2 et la deuxième ligne du Turkish Stream 2.

Mike Pompeo a qualifié cela de «signal clair pour les entreprises participant aux projets». «Sortez immédiatement [des projets, ndlr] ou il y aura des conséquences», a ajouté le secrétaire d'État.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a dénoncé le fait que Washington avait recours à «des pressions politiques pour une concurrence déloyale» ce qui, selon elle, témoigne de «la faiblesse du système américain».

Lancement prévu prochainement

Le 22 juin, le chef du service des relations avec les investisseurs, Anton Demtchenko, a annoncé que la société russe Gazprom, qui dirige le projet de construction du Nord Stream 2, prévoyait toujours son inauguration pour la fin 2020 ou pour le début de l'année 2021.

Il a toutefois rappelé que le projet était actuellement sous pression, de sorte que Gazprom ne peut communiquer beaucoup d'informations.
 

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Tags:
Gazprom, États-Unis, Allemagne, Nord Stream 2
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook