International
URL courte
13189
S'abonner

Une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux montre un fragment de mur ressemblant à celui érigé à la frontière américano-mexicaine s’effondrer sous l’effet du vent. L’incident se serait produit au Texas au passage de l’ouragan Hanna. L’authenticité de la vidéo a cependant été mise en doute.

Une section du mur frontalier érigé sur les ordres de Donald Trump entre les États-Unis et le Mexique n'aurait pas résisté à la puissance de l’ouragan Hanna, laisse à supposer une vidéo notamment partagée par le journaliste mexicain Jenaro Villamil le 27 juillet et devenue depuis virale.

​Elle montre des personnes vêtues comme des ouvriers et une partie d’un mur s’effondrer, lequel ressemble à celui érigé par l’administration américaine à la frontière sud du pays.

Des doutes

Selon le journaliste, l'incident s'est produit à la frontière entre le Texas et l'État mexicain de Tamaulipas alors que l’ouragan frappait la région. Cependant, cette version est mise en doute par plusieurs commentateurs. Ainsi, le journaliste du Washington Post Nick Miroff a rappelé qu’un segment du mur avait, en réalité, été détruit en janvier dernier en Californie. Il n’a pas exclu que la vidéo partagée le 27 juillet puisse montrer cela.

​Un porte-parole du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP) cité par le Caller Times a également exprimé son scepticisme quant à l’authenticité de la vidéo. «L'ouragan nous a frappés la nuit, mais on dirait que [le segment] a été abattu pendant la journée», a-t-il déclaré.

Selon le responsable, le terrain montré sur la vidéo ne ressemble pas à la basse vallée du Rio Grande, dans le Texas.

Lire aussi:

Les États-Unis procèdent à une frappe en Syrie
Les caméras du domicile de Gérard Depardieu, mis en examen pour viols, montrent une rencontre avec une jeune actrice
Navalny: le chevalier blanc des Occidentaux rattrapé par ses propos xénophobes
Tags:
États-Unis, Texas, ouragan, mur, Mexique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook