International
URL courte
63314
S'abonner

Un individu a été tué samedi soir à Austin, au Texas, pendant une manifestation contre les violences policières et le racisme au sein de la police. Il avait été aperçu avec un AK-47 et avait déclaré à un journaliste local que les opposants à Black Lives Matter sont des «mauviettes».

La nuit de samedi à dimanche a été marquée dans plusieurs villes américaines par de nouveaux affrontements, parfois violents, entre policiers et manifestants protestant contre le racisme et le déploiement d'agents fédéraux ordonné par Donald Trump. Un homme d’une trentaine d’années a ainsi été tué par balles à Austin dans des circonstances qui restent à éclaircir.

Ce qui s’est passé

La victime a été transportée à l'hôpital avec «des blessures graves mettant sa vie en danger» tard dans la soirée de samedi, où elle est décédée peu de temps après, ont annoncé les autorités.

Les circonstances exactes de l'échange de coups de feu sont encore floues.Une porte-parole de la police a déclaré qu'il participait à une manifestation Black Lives Matter et qu'il se serait approché d'une voiture qui passait en brandissant un fusil.

Le conducteur, qui a tiré sur la victime de l'intérieur de son véhicule, a été placé en garde à vue.

Le journaliste local Hiram Gilberto a filmé les faits et a interviewé la victime plus tôt dans la soirée. L'homme, identifié comme Garrett Foster, était armé d'un fusil AK-47 et avait déclaré qu'il portait l'arme pour «pratiquer certains de nos droits».

Foster avait également annoncé que «les gens qui nous détestent et qui veulent nous dire de la merde sont trop des mauviettes pour s'arrêter et faire quoi que ce soit», le «nous» renvoyant aux manifestants du mouvement Black Lives Matter (BLM) déclenché par la mort à Minneapolis de l'Afro-Américain George Floyd.

La mère de la victime a expliqué sur ABC qu’il participait à cette manifestation avec sa fiancée amputée des quatre membres et qu’il poussait sa chaise roulante peu avant d'être tué par le conducteur d'un véhicule qui klaxonnait et essayait de se frayer un chemin dans le cortège.

Vague de violentes manifestations

La vague de colère historique contre le racisme et les brutalités des forces de l'ordre a été déclenchée par la mort, fin mai à Minneapolis, du quadragénaire noir George Floyd sous le genou d'un policier blanc.

À Portland, où le mouvement est toujours vif plus de deux mois après, la nuit a de nouveau été tendue près du tribunal fédéral, devenu l'épicentre des protestations. La police a eu recours à du gaz lacrymogène et du gaz au poivre pour disperser les manifestants, dont plusieurs ont été arrêtés par des agents fédéraux après avoir tenté de renverser une barrière érigée autour du tribunal.

Ordonné par Trump, l'envoi de policiers fédéraux a attisé les braises de la contestation.

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
La police marocaine attaquée en tentant d’arrêter un trafiquant présumé, 20 kg d’or saisis - photos
Un couple de sexagénaires agresse une caissière qui leur demande de porter un masque dans les Vosges
Tags:
manifestation, Black Lives Matter, AK-47, Kalachnikov, Kalachnikov (fusil d'assaut), États-Unis, Austin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook