International
URL courte
306
S'abonner

Des employés de Twitter utiliseraient les outils de support des utilisateurs pour espionner et pirater les comptes de célébrités, affirme l’agence Bloomberg.

Deux semaines après l’histoire de détournement de comptes de Bill Gates, Barack Obama, Elon Musk et d’autres personnalités, Twitter se retrouve au cœur d’un nouveau scandale. L’agence Bloomberg accuse le réseau social de ne pas veiller au respect de la vie privée de ses utilisateurs en interne.

Selon ses rapports, certains employés de la firme de San Francisco auraient pour habitude d’espionner et de pirater les comptes de célébrités grâce à des outils mis à leur disposition pour réinitialiser un profil ou réagir suite à une violation de contenu.

Bloomberg affirme que les malfaiteurs ont ainsi pu récupérer des informations personnelles telles que des numéros de téléphone. Qui plus est, Twitter était au courant de ces agissements abusifs, mais n’a pris aucune mesure pour les arrêter, souligne l’agence.

Le compte de Beyoncé visé

En 2017 et 2018, des employés du réseau social de microblogage ont créé de fausses demandes d’assistance qui leur permettaient «de fouiller dans les comptes des célébrités, à savoir Beyoncé, pour suivre leurs données personnelles, y compris leur localisation approximative», raconte Bloomberg.

Bien que certaines des personnes impliquées dans ces agissements aient été licenciés, l’espionnage et le piratage de compte en interne seraient toujours pratiqués aujourd’hui par les employés ou sous-traitants de Twitter, conclut l’agence de presse.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Les autorités libanaises ont déterminé l’origine des explosions à Beyrouth
Tags:
célébrités, données personnelles, piratage, Twitter
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook