International
URL courte
2170
S'abonner

En tant qu’alliés des États-Unis au sein de l’Otan, le Royaume-Uni et la France doivent s’impliquer dans les discussions sur le contrôle des armements, estime la diplomatie russe.

La France et le Royaume-Uni doivent être en première ligne dans les discussions sur le contrôle des armements, a fait valoir le porte-parole adjoint du ministère russe des Affaires étrangères Alexeï Zaïtsev.

Des déclarations qui interviennent à l’issue des consultations russo-américaines tenues à Vienne du 27 au 30 juillet et qui portaient sur la sécurité internationale et le contrôle des armements.

«Afin de poursuivre ces travaux, nous considérons comme importante l’implication, en premier lieu, du Royaume-Uni et de la France, alliés des États-Unis au sein de l’Otan qui se présente comme une alliance nucléaire», a exposé M.Zaïtsev.

Il a souligné que la partie russe restait disposée à mener des discussions multilatérales en vue d’assurer la prévisibilité et la retenue dans les domaines nucléaire et balistique.

Trump veut «un pacte nucléaire» avec Moscou

Début juin, Donald Trump a confié qu’il souhaitait conclure «un pacte nucléaire» avec la Russie, «le plus important [sujet, ndlr] qu’il y ait dans le monde».

Le traité de réduction des armes stratégiques New Start, signé par Moscou et Washington en 2010, arrive à son terme en 2021. Selon l’administration américaine, le nouvel accord doit inclure la Chine et porter sur plusieurs systèmes d’armement non inclus jusqu’ici.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
Russie, armements, contrôle, Royaume-Uni, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook