International
URL courte
259
S'abonner

Affirmant qu’il possède une bombe, un trentenaire s’est retranché ce lundi 3 août dans une banque à Kiev en demandant d’appeler les forces de l’ordre et les journalistes à qui il a voulu donner une interview, relate le ministère ukrainien de l'Intérieur. L’homme a été interpellé lors d’une opération des forces spéciales.

Un homme qui affirme être en possession d’une bombe s’est retranché dans une banque dans la capitale ukrainienne ce lundi 3 août. Le vice-ministre de l'Intérieur Anton Guerachtchenko a déclaré que les forces de l’ordre avaient lancé une opération.

Il a été précisé par le ministère qu'à 12h00 (11h00 heure de Paris), une employée de la Universal Bank a appelé la police. Elle a raconté qu'un homme de moins de 35 ans était venu dans la succursale, qui, selon ses propres dires, possède une bombe dans son sac. Le criminel a demandé d’appeler les forces de l'ordre.

Le vice-ministre ukrainien de l'Intérieur a précisé que le preneur d’otage était originaire d’Ouzbékistan.

Les employés de la banque ont quitté les locaux mais le directeur a décidé de rester. Le criminel a également demandé à être autorisé à parler avec les médias pour accorder une interview, a détaillé le vice-ministre à la chaîne de télévision Ukraina 24.

À la suite de l’opération menée par les forces de l’ordre, le malfrat a été interpellé.

Une mise à jour publiée sur Facebook par le vice-ministre informe que l’homme menaçant de faire détoner une bombe dans la banque a été capturé vivant.

Alors qu'il était encore dans la banque, le criminel a donné une interview. Il a déclaré qu'il vivait en Ukraine depuis plus de cinq ans et qu'il était résident dans ce pays. Pendant qu'il parlait avec les journalistes, des membres des forces spéciales sont entrés dans la succursale et l'ont capturé.

Lire aussi:

Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Les talibans conseillent «au jeune Président français» de «ne pas être trop impulsif»
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Tags:
otage, Ukraine, Kiev, criminels
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook