International
URL courte
7118
S'abonner

En prévision du déplacement d'Emmanuel Macron à Beyrouth ravagé par deux explosions, le ministre libanais des Affaires étrangères a salué sur Europe 1 ce signe de présence «fraternelle et exceptionnelle», signalant que «la France a toujours été à côté du Liban». «Chaque fois que le Liban souffre, c'est la France qui saigne».

Le ministre libanais des Affaires étrangères Charbel Whebé a salué sur Europe 1 le geste d'Emmanuel Macron, attendu à Beyrouth ce jeudi moins de deux jours après les explosions dans le port de la capitale libanaise.

«C’est un signe de présence tout à fait fraternelle et exceptionnelle qui lie le Liban et la France depuis des siècles», souligne le ministre.

Et d'ajouter:

«Chaque fois que le Liban souffre, c’est la France qui saigne. Chaque fois que la France souffre, c’est le Liban qui pleure.»

Le ministre a comparé les relations entre les deux pays à «un dialogue entre familles, disant que «la France a toujours été à côté du Liban».

«Une fois de plus, le Président Emmanuel Macron a répondu à cet appel de sa propre initiative», s'est-il félicité.

Son homologue français Jean-Yves Le Drian qui accompagnera le Président de la République dans son déplacement a noté, pour sa part, mercredi 5août, que «la France, c'est la famille du Liban».

Explosions au port de Beyrouth

Les explosions au port de Beyrouth ont fait 137 morts et 5.000 blessés, selon un dernier bilan provisoire. Jusqu'à 300.000 habitants sont restés sans domicile.

L'état d'urgence a été décrété pour deux semaines.

La France a dépêché trois avions ayant décollé depuis Marseille et Paris et embarquant du matériel médical d'urgence et des équipes de la sécurité civile pour venir en aide aux secouristes locaux.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
Emmanuel Macron, France, Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook