International
URL courte
Par
Libye après la mort de Mouammar Kadhafi (177)
10772
S'abonner

La situation qui prévaut actuellement en Libye est le résultat des «erreurs» commises par l’Otan et le Conseil de sécurité de l’Onu qui profitent du chaos dans ce pays, a annoncé à Sputnik Ahmed Kadhaf al-Dam, cousin de l’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

Le Conseil de sécurité de l'Onu et l'Otan devraient présenter leurs excuses officielles au peuple libyen pour l'agression de 2011, a déclaré à Sputnik Ahmed Kadhaf al-Dam, cousin de l'ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, qui dirige le Front libyen de la lutte nationale.

«L’Otan et le Conseil de sécurité de l’Onu sont responsables de tout ce qui se passe aujourd'hui en Libye. Ils devraient officiellement présenter leurs excuses aux Libyens et commencer à corriger leurs erreurs, car ils continuent de les commettre», a indiqué Kadhaf al-Dam, qui a occupé le poste de coordinateur pour les relations entre l’Égypte et la Libye pendant les dernières années du régime de Kadhafi.

Selon lui, «l'agression de l’Otan a détruit la soupape de sécurité importante de toute la région nord-africaine» qu’était la Libye.

«En 2011, le Conseil de sécurité de l'Onu a endossé la responsabilité de tout ce qui se passe en Libye. Pourquoi a-t-il permis aux extrémistes et aux terroristes d’apparaître en Libye alors qu’il n’y en avait pas auparavant, ni en Libye, ni en Afrique du Nord?» se demande Ahmed Kadhaf ad-Dam.

Pour lui, le Conseil de sécurité peut mettre fin au cataclysme en Libye en quelques heures s’il le souhaite, «mais l’Occident ne veut pas que le problème libyen soit réglé, l’Occident profite du chaos» dans ce pays.

Le Front libyen de la lutte nationale est l’un des mouvements politiques des partisans de Mouammar Kadhafi dont beaucoup vivent en exil depuis les événements de 2011 et sont en opposition au gouvernement d’union nationale (GNA) siégeant à Tripoli. Certains membres du mouvement –des anciens militaires- serviraient dans l'armée nationale libyenne de Khalifa Haftar.

Situation en Libye

En mars 2011, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution prévoyant la création d'une zone d'exclusion aérienne en Libye. La coalition internationale sous le commandement de l'Otan, s’est servie de ce document comme prétexte en lançant une opération militaire en Libye, qui s'est terminée par le renversement du gouvernement de Mouammar Kadhafi, en place depuis plus de 40 ans.

Après l’assassinat de son ancien dirigeant, la Libye a en fait cessé d’être un État unique. Aujourd'hui, le pays est divisé en deux camps rivaux: d’un côté le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez el-Sarraj siégeant à Tripoli et reconnu par la communauté internationale, de l’autre le gouvernement parallèle élu dans l’est du pays et soutenu par le maréchal Khalifa Haftar. La Turquie et le Qatar appuient le GNA, alors que l’Armée nationale libyenne de Haftar bénéficie du soutien de l’Égypte et des Émirats arabes unis.

Dossier:
Libye après la mort de Mouammar Kadhafi (177)

Lire aussi:

Premières images depuis les lieux de l'attaque près des ex-locaux de Charlie Hebdo
En continu: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo, des blessés
Marseille: manifestation contre les nouvelles mesures sanitaires - vidéo
Tags:
OTAN, ONU, Ahmed Kadhaf al-Dam, Libye, crise libyenne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook