International
URL courte
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (74)
211040
S'abonner

S'exprimant lors d'une conférence de presse à Beyrouth, le Président de la République a affirmé attendre du gouvernement libanais des engagements et a souligné qu'aucun chèque en blanc ne serait donné au Liban.

Plaidant toujours pour la mise en œuvre en urgence de réformes politiques et économiques dans le pays, Emmanuel Macron a dit attendre des engagements du Liban, soulignant qu'aucun chèque en blanc ne lui serait fourni.

«J'ai été franc, direct, sincère, j'attends des autorités libanaises des engagements», a-t-il annoncé, appelant les dirigeants libanais à un «profond changement» et à une «refondation d'un ordre politique nouveau» pour sortir leur pays de l'impasse politique et économique.

Selon M.Macron, il existe la nécessité de réaliser un audit sur le système bancaire et sur la banque centrale.

Une gouvernance claire et transparente sera mise en place, a-t-il assuré, pour garantir la juste utilisation de l'assistance internationale, a-t-il ajouté.

Déplacement au Liban

Premier chef d’État étranger à se rendre à Beyrouth après la double explosion, M.Macron compte revenir au Liban le 1er septembre. Sa visite prévoyait des réunions tant avec Michel Aoun qu'avec le Premier ministre libanais et le président de la chambre des députés.

Selon le dernier décompte du ministère libanais de la Santé, l'explosion a fait au moins 137 morts et 5.000 blessés. Une cinquantaine de Français figurent parmi les blessés. L'enquête ouverte pour «blessures involontaires» par le pôle accidents collectifs du parquet de Paris a été élargie le 6 août à des faits d'«homicides involontaires».

Dossier:
Puissantes explosions au port maritime de Beyrouth (74)

Lire aussi:

Les États-Unis cherchent à former une coalition contre le Nord Stream 2
Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
L’étrange liquide découvert dans une ancienne tombe en Chine identifié
Tags:
aide, Liban, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook