International
URL courte
Manifestations à Beyrouth après les explosions meurtrières dans le port (11)
154
S'abonner

Alors que des informations concernant des tirs à balle réelle sur les manifestants ont fait leur apparition, l’armée libanaise a démenti tout recours à des armes à feu dans le centre de la capitale du pays.

Le commandement des forces armées libanaises a déclaré qu’aucun recours à des armes à feu contre les protestataires n’avaient eu lieu à Beyrouth.

Le texte du communiqué précise que «l’information selon laquelle sur les photos circulant sur les réseaux sociaux figure le colonel Jean Ghantous, chef du service de sécurité de la ville de Baabda, tirant sur les manifestants, est fausse».

«L’armée n’a pas tiré avec des armes à feu sur les civils au centre de Beyrouth», est-il affirmé.

Deuxième journée de manifestations à Beyrouth

De nouveaux heurts entre forces de l’ordre et manifestants se sont produits dimanche 9 août au soir. Les affrontements les plus acharnés ont eu lieu près du parlement. En outre, il a été annoncé que deux ministères ont été envahis. Pour disperser la foule, la police tire desgrenades lacrymogènes.

La veille, une manifestation antigouvernementale avait réuni plusieurs milliers de personnes, s’accompagnant de heurts à l’issue desquels quelque 700 personnes ont été blessées et un policier tué, d’après la presse locale.

Ces manifestations interviennent quelque jours après l’immense explosion qui a gravement endommagé la ville, causant plus de 6.000 blessés et 158 morts, selon le dernier bilan de la Santé.

Dossier:
Manifestations à Beyrouth après les explosions meurtrières dans le port (11)

Lire aussi:

Quand la CIA s’associe à l’Ukraine pour générer des fake news sur les «mercenaires russes»
Les chômeurs non vaccinés privés d’allocations en Autriche
La maison d’édition Nawa bientôt dissoute par Gérald Darmanin
La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Tags:
Beyrouth, armée, manifestation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook