International
URL courte
4617
S'abonner

Alors que les accrochages entre forces de l’ordre et manifestants se multiplient à Beyrouth, des témoignages rapportent l’utilisation de grenades lacrymogènes de fabrication française. Des lance-grenades de même provenance ont aussi été identifiés.

Plusieurs armes et projectiles utilisés contre les manifestants à Beyrouth sont de fabrication française et ont été livrés récemment, rapporte Libération.

Suite à l’explosion dans le port de la capitale libanaise, plusieurs mouvements de protestations sont nés et les forces de l’ordre répliquent parfois avec des grenades lacrymogènes, comme le soulignent plusieurs témoignages.

Richard Weir, membre de l’ONG Human Rights Watch, a posté sur Twitter des photos d’une grenade dégoupillée trouvée samedi 8 août à proximité de la place des Martyrs.

Selon Libération, il s’agit d’une grenade lacrymogène de type G1 sortie des entrepôts du fabricant français Alsetex, spécialisé dans la conception de produits de maintien de l’ordre.

La chargée de campagne d’Amnesty international au Liban, Diala Haidar, a également publié des photos du même type sur le réseau social. Elles montrent une grenade MP7 de la société française Nobel Sport sécurité. Mme Haidar affirme avoir aussi retrouvé d’autres projectiles produits par Alsetex.

Interrogé par Libération, Maxime Reynié, photojournaliste et spécialiste du maintien de l’ordre, explique que plusieurs de ces grenades ont été produites ces deux dernières années, ce qui implique une livraison récente.

«Certaines portent l’inscription 12 PB 19 ou 06 PB 20, qui indiquent qu’elles ont été produites en 2019 et 2020», explique-t-il au quotidien.

Et des lance-grenades

L’utilisation de lance-grenades d’origine française a également été relevée lors des manifestations. Le lanceur monocoup Cougar, là encore fabriqué par Alsetex, a était identifié sur une vidéo publiée par Russia Today (à parti de 8"20).

​Des lance-grenades Alsetex à plusieurs canons ont aussi été vus, montés sur des véhicules des forces de l’ordre, conclut Libération.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
manifestation, Liban, Beyrouth, lance-grenades, grenades lacrymogènes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook