International
URL courte
Par
10123
S'abonner

Le chef de la diplomatie émiratie estime dans des tweets que l’accord de paix conclu entre son pays et Israël a permis «d’écarter le spectre de l'annexion de terres palestiniennes». Il précise néanmoins qu’un accord de paix global reste «une décision israélo-palestinienne».

Le ministre émirati des Affaires étrangères Anwar Qarqach a dévoilé ce vendredi 14 août via Twitter les coulisses de l’accord de paix conclu la veille entre son pays et Israël sous l’égide des États-Unis. Il affirme que la décision «courageuse» du prince héritier d'Abou Dhabi Mohammed ben Zayed Al Nahyane «découle d’un réalisme dont nous avons désespérément besoin».

«Les réactions positives exprimées par les plus importantes capitales du monde sur la déclaration tripartite [États-Unis, Israël et Émirats arabes unis, ndlr] sont encourageantes», juge le ministre qui souligne que dans «leurs appréciations [ces capitales, ndlr], cet accord éloigne le danger d'annexion de territoires palestiniens, donnant toutes ses chances à une solution à deux États». «Une décision politique réussie est toujours basée sur le principe du donnant-donnant, et c'est ce qui a été réalisé», se félicite-t-il.

«Une décision courageuse»

Anwar Qarqach explique que «la décision des Émirats arabes unis a fait l’objet de délibérations intenses, organisées et actives au sein du mécanisme de prise de décision de notre politique étrangère». «Comme d’habitude, le prince Mohammed ben Zayed était conscient de tous les aspects et a pris sa décision dans le cadre d’une vision stratégique qui allie réalisme politique et anticipation audacieuse de l’avenir», poursuit-il, qualifiant cet accord de paix avec Israël de «décision courageuse d'un chef exceptionnel».

Le chef de la diplomatie émiratie ponctue que malgré cet accord entre son pays et Israël, «la paix demeure une décision israélo-palestinienne».

Cependant, «en écartant le spectre d'annexion de terres palestiniennes, l'initiative audacieuse du prince Mohammed ben Zayed a donné plus de temps aux opportunités de paix basées sur la solution à deux États, en contrepartie du développement de relations normales [avec Israël, ndlr]». «C’est une approche réaliste que les Émirats arabes unis mettent en avant en toute transparence et loin des surenchères», conclut-il.

Une «trahison»

Lors d’une déclaration à la presse, le porte-parole de l’Autorité palestinienne, Nabil Abu Rudeineh, a fermement rejeté cet accord, le qualifiant de «trahison». Il a appelé les pays arabes à «ne pas suivre l'exemple émirati» et à ne pas céder à la «pression américaine».

Peu après, le Président de l'Autorité palestinienne a décidé de rappeler son ambassadeur à Abou Dhabi.

Enfin, selon le site d’information israélien arabophone Makan.org, des sources américaines ont fait savoir que Bahreïn, le Soudan et Sultanat d’Oman étaient sur le point d’annoncer également un accord de paix avec Israël.

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
Tags:
conflit israélo-palestinien, Organisation de libération de la Palestine (OLP), Palestine, traité de paix, accords, Émirats Arabes Unis, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook