International
URL courte
Par
349526
S'abonner

La France a-t-elle décidé de montrer les dents? Emmanuel Macron a en effet renforcé la présence aérienne et navale française en Méditerranée orientale pour faire face à la nouvelle offensive turque de recherche d’hydrocarbures dans les eaux grecques. Une décision pour dissuader Erdogan et protéger ses alliés européens, ou pour jouer les «caïds»?

En annonçant le renforcement des forces françaises en Méditerranée orientale le 12 août dernier, le Président français affirmait souhaiter «un dialogue apaisé entre pays voisins et alliés au sein de l'OTAN». Ce qui ne semble pas gagné: 48h plus tard, ce vendredi 14, et après de multiples piques d’Erdogan, le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a accusé la France de se comporter «comme un caïd».

Pourtant, dans les faits, Paris ne renforce sa présence que par deux Rafales, un porte-hélicoptère et une frégate, pour se tenir aux côtés d’Athènes dans ses différends maritimes avec Ankara, ces deux ennemis historiques s’étant lancés dans une course aux hydrocarbures. De quoi accroître les tensions dans la région.

Seule face à ses concurrents, et insatisfaite des limites de sa zone économique exclusive, la Turquie d’Erdogan a entrepris, moins d’un mois après une précédente exploration, une nouvelle opération de recherche dans l’espace maritime grec. Un accrochage aurait eu lieu entre deux navires grec et turc le 12 août. L’escalade continue donc, et la France prend les devants pour faire pour faire réagir ses alliés, notamment européens.

Plus d’explications dans ce nouveau Désalliances en bref.

Lire aussi:

L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
Angela Merkel, Grèce, France, Emmanuel Macron, Recep Tayyip Erdogan, Méditerranée orientale, Méditerranée, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook