International
URL courte
Tensions en Biélorussie à l’issue de la présidentielle 2020 (94)
9176
S'abonner

Le Président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a déclaré ce 14 août, lors d’une réunion du Conseil de sécurité national, que les forces de l’ordre devaient faire preuve de retenue à l’encontre des manifestants, mais a demandé également aux habitants de ne pas «pointer leur nez dehors», au risque de servir de «chair à canon».

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité biélorusse, le Président Alexandre Loukachenko a appelé les forces de l’ordre à faire preuve de retenue envers les participants aux manifestations.

«Je ne peux formuler aujourd’hui de grief à l'encontre de qui que ce soit. Je ne le peux pas. Parce que vous voyez les développements. La seule chose que je demande au ministre et aux autres: nous sommes quand même des Slaves et si quelqu’un est tombé et ne se relève pas, il ne faut pas le frapper. Il faut quand même avoir un certain frein», a-t-il souligné, selon l’agence de presse biélorusse BelTA.

Il a rappelé que la vocation des membres des forces de l’ordre était de protéger la population.

«Ce sont les forces anti-émeutes ou la police qui l’ont voulu? Eux, ils s’entraînaient tranquillement et vivaient dans leur caserne. Mais ils sont venus pour les défendre [les citoyens, ndlr] et ceux-ci leur portent des coups dans le dos […] C’est fait exprès et nous savons très bien qui le fait», a-t-il affirmé.

Dans le contexte des manifestations de protestation qui embrasent la Biélorussie depuis plusieurs jours, il a également exhorté les citoyens à «ne pas pointer leur nez dehors».

«Ne pointez pas votre nez dehors! Comprenez que vous et nos enfants sont utilisés comme de la chair à canon […] C’est déjà une agression contre le pays», a-t-il affirmé.

Il a ajouté qu’il fallait se calmer et permettre aux autorités de ramener l’ordre dans le pays.

«Que dois-je faire dans cette situation? Vous voulez que je reste à attendre que Minsk soit mis sens dessus dessous? Nous n’arriverons pas après à stabiliser la situation. Par conséquent, il faut s’arrêter et se calmer», a-t-il posé.

Situation en Biélorussie

Cinq jours après la présidentielle du 9 août remportée par le Président sortant, Alexandre Loukachenko, avec plus de 80% des voix, la Biélorussie reste l’arène de grèves et de manifestations. De nombreux habitants de Minsk sont de nouveau descendus ce 14 août dans la rue avec des fleurs pour former des «chaînes de solidarité». Plusieurs grandes usines ont rejoint le mouvement de contestation post-électorale à Minsk, Grodno et dans d’autres villes.

Le ministère de la Santé a déclaré que 150 personnes restaient hospitalisées après les émeutes des journées précédentes.

Le ministre biélorusse de l’Intérieur, Youri Karaïev, s’est pour sa part excusé le 13 août pour les personnes «blessées par hasard pendant les manifestations» dans le pays.

Dossier:
Tensions en Biélorussie à l’issue de la présidentielle 2020 (94)

Lire aussi:

Plus de 1.500 militaires français se déploient dans les Alpes pour faire face à «l’affrontement majeur»
Le président de l’UFC accuse McGregor d’avoir fait «l’une des choses les plus sales», l’Irlandais rétorque
Un homme condamné après avoir refusé de serrer la main d’une préfète
Erevan promet d’employer des Iskander si Ankara recourt à des F-16 dans le Haut-Karabagh
Tags:
Alexandre Loukachenko, manifestation, Biélorussie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook