International
URL courte
5391
S'abonner

Un ancien avocat du FBI a admis avoir falsifié des documents dans l'affaire sur des liens présumés de l’entourage de Donald Trump avec la Russie pendant la campagne électorale de 2016, relate la chaîne de télévision Fox News.

Kevin Clinesmith, ancien avocat du FBI et acteur important dans l’enquête du Russiagate sur le Président Donald Trump, a reconnu avoir falsifié une lettre électronique sur Carter Page, ancien conseiller pour la politique étrangère de l'équipe Trump pendant sa campagne électorale de 2016, a annoncé la chaîne de télévision Fox News.

Selon la chaîne, M.Clinesmith a modifié un courrier électronique de la CIA au General Counsel's Office (GCO) pour dire que M.Page n’était «pas une source de la CIA», alors que la version initiale de la lettre ne l’affirmait pas. Cela a permis au département de la Justice d’autoriser la surveillance de M.Page conformément au Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA). Le FISA est une loi adoptée par le Congrès américain en 1978 et décrivant les procédures de surveillance et de collecte d'information sur des puissances étrangères.

«Kevin regrette profondément d’avoir modifié l’e-mail. Il n’avait pas l’intention d’induire le tribunal ou ses collègues en erreur, mais croyait que les informations qu’il a relayées étaient exactes. Toutefois, Kevin comprend que ce qu’il a fait était faux et il en accepte la responsabilité», a déclaré l’avocat de M.Clinesmith, Justin Shur, cité par Fox News.

La falsification du courrier électronique de la CIA par M.Clinesmith a été révélée dans le rapport de décembre 2019 de l’inspecteur général du ministère de la Justice, Michael Horowitz.

M.Clinesmith est le premier à plaider coupable dans l’enquête de l’avocat John Durham sur les méthodes utilisées par le FBI pendant l'affaire du Russiagate. Le verdict dans son affaire sera annoncé le 10 décembre. L’ancien avocat du FBI risque une peine de cinq ans de prison et une amende de 250.000 dollars, selon le bureau de John Durham.

«Chasse aux sorcières»

Donald Trump qualifie la surveillance de M.Page pendant sa campagne électorale de «chasse aux sorcières» et de scandale politique dont il rejette la responsabilité sur l’administration de l'ancien Président, Barack Obama. Lors d’une conférence tenue la semaine dernière, le Président a promis d’autres révélations, rappelle Fox News.

«Ce n’est que le début. Ils ont espionné ma campagne et se sont fait prendre», a noté M.Trump.

Les Républicains du Sénat enquêtent sur la surveillance de M.Page et d'autres anciens membres de l’équipe Trump pendant la présidentielle de 2016. Cette surveillance a été décidée suite aux rumeurs sur les liens présumés de M.Trump avec la Russie.

La Maison-Blanche et le Kremlin ont rejeté l’hypothèse sur l’existence de tels liens et l’enquête menée pendant deux ans par le procureur spécial Robert Mueller ne l’a pas confirmée non plus. M.Mueller a formulé des accusations criminelles contre certains anciens employés et amis de Donald Trump, mais ces accusations ne portent pas sur une prétendue «collusion avec la Russie». Aucune accusation n'a été portée contre M.Page.

Lire aussi:

Attention à une escroquerie avec le permis de conduire qui se répand 
Une rave party de plus de 1.000 fêtards dégénère à Redon: un homme perd sa main - images
Financement libyen: après avoir violé son contrôle judiciaire, Mimi Marchand incarcérée
Tags:
CIA, falsification, Carter Page, FBI, enquête, Donald Trump, collusion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook