International
URL courte
Tensions en Biélorussie à l’issue de la présidentielle 2020 (95)
472944
S'abonner

Le Président biélorusse a rejeté l’idée avancée par Emmanuel Macron de devenir intermédiaire dans le contexte de la situation actuelle en Biélorussie et a proposé d’endosser le même rôle dans la crise des Gilets jaunes.

Le Président biélorusse Alexandre Loukachenko a proposé à Emmanuel Macron sa médiation dans la crise des Gilets jaunes.

«Emmanuel Macron veut s’entremettre dans les négociations en Biélorussie. Laissez-moi venir et devenir d’abord médiateur entre les Gilets jaunes et Macron. La situation y est tendue […], mais il ne le voit pas», a-t-il déclaré dans une vidéo publiée ce 21 août par la chaîne Telegram Pool Pervogo.

Dans le même temps, il s'est dit sceptique quant à la proposition du Président français d’être médiateur pour normaliser la situation en Biélorussie.

Il a également évoqué la récente déclaration du chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, où ce dernier avait exprimé son inquiétude face aux carences des élections en Biélorussie et aux violences contre les manifestants.

Selon lui, «c’est l’occasion de détourner l’attention de leurs propres problèmes et de la concentrer sur un autre pays».

Il a aussi jeté une pierre dans le camp allemand.

«Les Allemands ne peuvent toujours pas venir à bout du coronavirus, des manifestations […]. Pourquoi ils s’inquiètent au sujet de la Biélorussie?», a-t-il lancé.

Violences en Biélorussie

Le Président français a proposé le 20 août, lors d'une conférence de presse avec la chancelière Angela Merkel, une médiation européenne entre les différents acteurs de la crise en Biélorussie, en incluant la Russie.

Le pays est devenu l’arène de violentes manifestations après que la Commission électorale du pays a annoncé la victoire, avec 80,1% des voix, d’Alexandre Loukachenko à la présidentielle du 9 août. L’opposition affirme que c’est sa candidate, Svetlana Tikhanovskaïa, qui a remporté le scrutin.

Les manifestations ont été réprimées à coups de canons à eau, gaz lacrymogènes et grenades assourdissantes. Selon les chiffres officiels, plus de 6.700 personnes ont été interpellées et plusieurs centaines ont été blessées, tandis que trois manifestants ont trouvé la mort lors des troubles.

Dossier:
Tensions en Biélorussie à l’issue de la présidentielle 2020 (95)

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Méfiance face aux vaccins anti-Covid: «vous n’êtes ni des cobayes ni des jouets de l’industrie pharmaceutique»
Tags:
Biélorussie, France, gilets jaunes, Alexandre Loukachenko, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook