International
URL courte
Par
10218
S'abonner

«Les petites entreprises sont le principal moyen d’avoir un capitalisme et un système économique inclusif basé sur le marché», a déclaré un ancien conseiller de Barack Obama mettant en garde l’administration américaine contre une négligence de ce secteur dans le contexte de la crise du Covid-19.

L’aggravation de la crise économique et financière aux États-Unis dans le contexte de la crise sanitaire du Covid-19 fait peser d’énormes risques sur la pérennité du tissu des petites entreprises, a déclaré l’ex-conseiller au développement mondial du Président Barack Obama, Mohamed El-Eriane, dans un entretien accordé jeudi 20 août à la chaîne CNBC. L’expert, également économiste en chef chez Allianz, a estimé que l’administration américaine devait sauver ces entreprises dont la continuité de la dévastation par la crise pourrait conduire «à l’effondrement du capitalisme américain».

«Si vous voulez que le capitalisme se maintienne, vous avez besoin de l'adhésion de beaucoup de gens», a-t-il affirmé soulignant que «vous ne pouvez pas obtenir cette adhésion massive nécessaire si vous comptez uniquement sur la contribution des grandes entreprises».

«N'oubliez pas ce que font les petites entreprises. Ce ne sont pas seulement de grands employeurs, ils sont également le principal moyen d’avoir un capitalisme et un système économique inclusif basé sur le marché», a-t-il expliqué.

Fin mars, la dette globale, publique et privée, des États-Unis atteignait le montant astronomique de 77.610,594 milliards de dollars, soit 236,47 millions de dollars par habitant. Un record jamais atteint auparavant.

Des millions d’Américains au chômage

En raison de la crise du Covid-19, des millions d’Américains ont été contraints de s’inscrire au chômage après avoir perdu leur emploi. En effet, le bilan officiel annoncé début avril faisait état de 16,7 millions de nouveaux inscrits ayant formulé une demande d’allocation. Ainsi, le taux de chômage à la même période avait atteint 14,7% de la force active, une première depuis la crise économique de 1929.

En juin, l’assureur-crédit français Coface avait averti que les faillites d’entreprises allaient augmenter de 43% d’ici 2021 par rapport à 2019 aux États-Unis. De son côté, le Fonds monétaire international avait prévenu que le produit intérieur brut (PIB) américain devrait chuter de 8% en 2020.

Dans ce contexte, afin de faire face à cette situation, la Réserve fédérale américaine avait abaissé ses taux directeurs entre 0 et 0,25% et injecté d’énormes sommes d’argent dans le système financier du pays, afin d’éviter son effondrement. Il en a résulté qu’entre mars et juin son bilan est passé de moins de près de 4.000 milliards de dollars à plus de 7.000 milliards de dollars, avant les mesures prises pour contrer la crise du Covid-19.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
Barack Obama, Donald Trump, anti-Trump, crise économique, crise financière, crise politique, crise, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook