International
URL courte
13836
S'abonner

L'affiche du film Mignonnes sur Netflix a été considérée comme choquante vu qu'elle «hypersexualise» les enfants présentés. La plateforme s'est excusée et a retiré l'affiche en question, où des fillettes d'une douzaine d'années dansent en prenant des poses jugées suggestives.

Netflix a présenté ses excuses après avoir été accusé par des internautes d'«hypersexualiser» des enfants dans un visuel utilisé pour promouvoir le film français Mignonnes, que la plateforme diffuse en dehors de l'Hexagone.

Vivement interpellée par des internautes, la plateforme a annoncé avoir retiré l'affiche controversée. Elle montrait les protagonistes du film (rebaptisé Cuties sur le marché américain), des pré-adolescentes, en tenues moulantes et dans des poses qualifiée de suggestives.

Affiche et description modifiées

Un visuel bien différent de celui utilisé en ce moment même en France, où le film vient tout juste de sortir en salle, et où l'on voit les mêmes jeunes filles se promener dans la rue en lançant des confettis. Et qui a valu à Netflix de se voir reprocher de promouvoir la pédophilie.

«Nous sommes profondément désolés pour le visuel inapproprié que nous avons utilisé pour Mignonnes/Cuties», a fait savoir la plateforme sur les réseaux sociaux. «Ce n'était ni bien, ni représentatif de ce film français récompensé au festival de Sundance. Nous avons modifié l'affiche et la description» de l’œuvre, a ajouté Netflix.

Mignonnes, premier long-métrage de la réalisatrice Maïmouna Doucouré, dresse le portrait d'une petite parisienne de onze ans, tiraillée entre les règles d'une famille sénégalaise polygame et la tyrannie des réseaux sociaux, indique l'AFP. Outre Sundance, ce film a été primé à Berlin.

Lire aussi:

Coups de feu lors d’une course-poursuite à Paris: trois personnes arrêtées
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Tags:
excuses, sexualité, affiches, film, Netflix
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook