International
URL courte
28511
S'abonner

Le Président Loukachenko a rejeté sur des pays occidentaux la responsabilité des émeutes qui se déroulent en Biélorussie depuis la présidentielle du 9 août. Lors d’un meeting de soutien à sa politique, il a déclaré que les organisateurs des manifestations se trouvaient à l’étranger.

La situation à la frontière occidentale de la Biélorussie n’est pas calme, on y secoue les armes et on s’ingère dans les affaires intérieures de la république, a déclaré samedi 22 août le Président Alexandre Loukachenko lors d’un rassemblement de soutien à sa politique à Grodno.

«La situation est agitée à notre frontière ouest, on secoue les armes, profère des menaces, on s’ingère ouvertement dans les affaires intérieures de notre État souverain […]. De l'autre côté de la frontière, on menace déjà ouvertement. Vous entendez ces menaces de la bouche d’hommes politiques occidentaux», a indiqué M.Loukachenko.

Selon le Président, les instigateurs des émeutes qui secouent le pays depuis la présidentielle du 9 août ne sont pas des Biélorusses, mais des étrangers qui profitent du régime sans visas pour entrer dans la république.

«Différentes personnes traversent la frontière [...]. Elles arrivent, agitent des drapeaux, sèment le trouble et vous entraînent dans des émeutes. Le noyau des instigateurs d'émeutes n’est pas constitué d’habitants de Grodno ou de Biélorusses [d’autres villes]. Il se trouve à l’étranger -près de Varsovie et de Vilnius», a ajouté le chef d’État.

Il a rappelé où s’étaient réfugiés certains candidats malheureux à la présidentielle après avoir fui le pays.

«Après tout, personne ne les a poursuivis ni chassés de Biélorussie […]. Certains ont fait un tour en passant par la Russie et l'Ukraine avant de s’y installer [en Occident, ndlr]. Ne voyez-vous pas ce qu'il se passe?», à poursuivi M.Loukachenko.

Il a qualifié d’anormale la situation où les soldats, qui doivent défendre «ce morceau de terre, notre pays» à la frontière, sont contraints de garantir la sécurité du pays sur les places des villes.

Tensions en Biélorussie après la présidentielle

Des manifestations de l’opposition ont commencé en Biélorussie le 9 août, après la présidentielle remportée par Alexandre Loukachenko. Selon la Commission électorale centrale, le Président a recueilli 80,1% des voix lors de sa sixième élection consécutive. L'opposition affirme que la victoire revient à sa principale rivale, Svetlana Tikhanovskaïa.

Pendant les premiers jours qui ont suivi le vote, les forces de l’ordre ont réprimé les actions de protestation en utilisant du gaz lacrymogène, des canons à eau, des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc. Selon les chiffres officiels, plus de 6.700 personnes ont été interpellées dans cette première période. Il y a eu des centaines de blessés lors des émeutes, parmi lesquelles plus de 120 agents des forces de l'ordre, et trois manifestants sont décédés, d’après le ministère biélorusse de l'Intérieur.

Plus tard, la police a cessé de disperser les rassemblements et d'utiliser la force.

Lire aussi:

Alerte à la bombe: l’Arc de triomphe évacué - images
Le Président algérien Tebboune hospitalisé
Covid-19: des «super-contaminateurs» dans la nature? Un médecin appelle à changer la politique de test
Tags:
manifestation, Pologne, Vilnius, Varsovie, émeutes, Alexandre Loukachenko, Biélorussie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook