International
URL courte
252159
S'abonner

La coalition internationale conduite par les États-Unis a annoncé dimanche 23 août qu'elle abandonnait la base militaire de Taji en Irak. Les installations et équipements sont remis aux militaires irakiens.

La force interarmées de l'opération Inherent Resolve de la coalition internationale dirigée par les États-Unis a annoncé s'être retirée de la base militaire de Taji, dans le centre de l’Irak, laissant tous les ouvrages et équipements qu'elle abrite aux Irakiens.

«Au cours d'une cérémonie du 23 août 2020, la force opérationnelle interarmées de l'opération Inherent Resolve a transféré à la sécurité irakienne la zone de la coalition du camp Taji», informe une déclaration officielle de la force multinationale.

La coalition a précisé que des équipements, des biens et des ouvrages d'un montant de 347 millions de dollars (294,2 millions d'euros) ont été remis au gouvernement irakien.

En 2020, la base de Taji située au nord de la capitale irakienne a été plusieurs fois prise pour cible par des tirs de roquettes.

Décision du Parlement irakien

Le 5 janvier 2020, suite au meurtre à Bagdad du général iranien Qassem Soleimani, le Parlement irakien a voté à la majorité des voix en faveur du retrait d'Irak des forces étrangères.
Suite à ces événements, la coalition internationale a remis aux militaires irakiens plusieurs sites occupés précédemment par les soldats américains, notamment plusieurs bases aériennes et le QG des conseillers militaires de la coalition.

Donald Trump avait précédemment déclaré que les forces de la coalition internationale seraient complètement évacuées d'Irak au cours des trois prochaines années.

Lire aussi:

Les États-Unis cherchent à former une coalition contre le Nord Stream 2
Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
L’étrange liquide découvert dans une ancienne tombe en Chine identifié
Assoupi au volant, il prive d’électricité une partie de la Drôme
Tags:
base militaire, Inherent Resolve, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook