International
URL courte
6358
S'abonner

L'explosion et l'incendie qui a frappé le 2 juillet le site nucléaire iranien de Natanz étaient le résultat d'un «sabotage», a fait savoir le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique.

L'incendie survenu à la suite d’une explosion, début juillet, dans le complexe nucléaire iranien de Natanz est un acte de sabotage, a déclaré ce 23 août Behrouz Kamalvandi, le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) à la chaîne de télévision publique Al-Alam.

«L'explosion de l'installation nucléaire de Natanz était le résultat d'opérations de sabotage, les autorités de sécurité révèleront en temps voulu la raison de l'explosion», a-t-il indiqué.

La nouvelle d'un «accident» dans «un des hangars en construction» sur le site de Natanz avait été également communiquée par l’OIEA, qui avait précisé qu’il s’agissait d’un entrepôt sans matériel radioactif.

Le site de Natanz

Certains responsables iraniens avaient précédemment avancé l’hypothèse d’un sabotage.

Le complexe de Natanz est l’un des principaux centres du programme atomique de Téhéran. En vertu de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, l’Iran s’est engagé à n'y produire que de l'uranium enrichi au maximum à 3,67%, avec un nombre limité (5.060) de centrifugeuses dites de première génération (IR-1). Mais aujourd’hui, la République islamique y produit de l'uranium davantage enrichi, dans le cadre de sa politique de désengagement progressif de l'accord de Vienne entamée en mai 2019 en riposte à la décision prise par Washington de dénoncer unilatéralement ce document et de rétablir les sanctions contre Téhéran.

Lire aussi:

Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Tags:
accident, accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook