International
URL courte
7315
S'abonner

Selon Hussein Arnous, l'explosion d'un gazoduc dans la banlieue de Damas est un message que des terroristes, dont le langage est la destruction et le mal, ont adressé aux participants d'une réunion du Comité constitutionnel syrien.

Le Premier ministre syrien Hussein Arnous a qualifié l'explosion d'un gazoduc dans la banlieue de Damas de «message» terroriste réalisé à la veille d'une réunion à Genève des représentants du gouvernement et de l'opposition pour discuter de la nouvelle constitution du pays.

«C'est un message des terroristes à la veille des négociations au sein du petit groupe de la Commission constitutionnelle qui débute aujourd'hui. Ils souhaitent nous faire comprendre que leur langage est la destruction et le mal», a déclaré Hussein Arnous aux journalistes sur les lieux de l'explosion.

L'émissaire américain pour la Syrie accuse Daech*

L'approvisionnement en électricité a été coupé dans toutes les régions de la Syrie dans la nuit du 23 au 24 août en raison d’un acte terroriste perpétré sur un gazoduc dans le pays. Certaines centrales électriques ont finalement été rebranchées avec un retour progressif du courant dans la matinée, ont précisé les autorités, tandis que l'électricité a été fournie aux infrastructures vitales.

James Jeffrey, émissaire américain pour la Syrie qui s'exprimait à Genève à l'ouverture de la réunion du Comité constitutionnel syrien, a déclaré que ce sabotage était probablement imputable aux djihadistes de Daech*. Le gazoduc arabe relie l'Égypte, la Jordanie et la Syrie.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Une octogénaire étranglée, dépouillée et enfermée dans un placard, près de Calais
La Russie proteste suite à la violation de sa frontière par un destroyer US et se dit prête à réagir aux provocations
Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Tags:
Daech, Damas, gazoduc, terrorisme, attaque, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook