International
URL courte
17743
S'abonner

Dans un entretien diffusé ce 27 août, Vladimir Poutine est revenu sur la situation en Biélorussie et sur les engagements que la Russie a à l’égard de son voisin. Il a expliqué qu’à la demande d’Alexandre Loukachenko une réserve de police avait été formée, mais ne sera envoyée en renfort que si la situation devient hors de contrôle.

La question de l’aide à la Biélorussie, pays qui connaît depuis le 9 août dernier des manifestations sans précédent, a été abordée par Vladimir Poutine dans un entretien à la chaîne Rossiya 1. Il a révélé qu’une réserve de forces de l’ordre avait été formée pour venir, en cas de besoin, en aide à cet État de l’Union de la Russie et de la Biélorussie et partenaire au sein de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC).

 

Le premier vaccin contre le Covid-19
© Photo. Service de presse du ministère de la Santé
Et de rappeler que la Russie avait des engagements envers la Biélorussie dans le domaine de la sécurité.

«Pas besoin de cacher quoi que ce soit, il y a des clauses concordantes qui disposent que tous les pays membres de ces organisations, y compris de l’Union qui ne compte que deux pays, la Russie et la Biélorussie, doivent s’entraider dans la protection de la souveraineté, des frontières extérieures et de la stabilité. C’est ainsi que c’est écrit», a-t-il répondu à la question portant sur l’aide russe à Minsk évoquée par le Président biélorusse.

Et de confirmer qu’Alexandre Loukachenko avait demandé de l’aide si la situation le nécessite. «J’ai dit que la Russie remplira tous ses engagements».

Des forces de l’ordre en renfort

«Alexandre [Loukachenko, ndlr] m’a demandé de former une réserve à part composée de membres des forces de l’ordre. Je l’ai donc fait. Mais nous avons convenu qu’elle ne sera pas utilisée tant que la situation n’est pas hors de contrôle», a-t-il notamment déclaré.

Commentant la situation actuelle dans ce pays voisin, Poutine a fait noter que son homologue était prêt à examiner une réforme constitutionnelle ainsi que la possibilité d’élections présidentielle et parlementaires en vertu d’une nouvelle constitution.

«Toutefois, on ne peut pas sortir du cadre de la constitution en vigueur.»

Situation en Biélorussie

Depuis l’annonce des résultats de la présidentielle du 9 août, les manifestations se sont enchaînées dans le pays alors que, selon la Commission électorale centrale, le Président en exercice a remporté le scrutin avec 80,1% des voix.

Au cours des premiers jours, les forces de l’ordre ont réprimé les actions, recourant aux lacrymogènes, canons à eau, grenades lacrymogènes et balles en caoutchouc. Selon les données officielles, quelque 6.700 personnes ont alors été interpellées. Des centaines de personnes, dont plus de 120 membres des forces de l’ordre, ont été blessées et trois manifestants ont trouvé la mort.

Parallèlement, des actions de soutien à Alexandre Loukachenko ont eu lieu.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
aide, Biélorussie, Vladimir Poutine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook