International
URL courte
5202
S'abonner

Une vingtaine de journalistes, dont ceux de Sputnik et de RIA Novosti, mais aussi d’AP et de Reuters, ont été conduits ce jeudi dans un commissariat de Minsk pour un contrôle d’identité. Ils ont été arrêtés alors qu’ils se préparaient à couvrir une manifestation. La police a promis de ne pas tarder à laisser partir les personnes accréditées.

Les forces de l’ordre biélorusses ont arrêté ce jeudi 27 août dans le centre de la capitale plusieurs journalistes qui s’apprêtaient à couvrir la manifestation organisée près de la cathédrale du Saint-Esprit de Minsk.

D’après la police de la capitale, les journalistes ont été conduits dans un commissariat pour un contrôle d’identité. Comme le précisent nos collègues de Sputnik Belarus, outre les journalistes locaux, ceux de médias étrangers, Reuters, Associated Press, TASS, Sputnik et RIA Novosti, comptent parmi les personnes arrêtées.

Conduits au commissariat mais pas interpellés

La porte-parole de la police biélorusse Olga Tchemodanova a confirmé que les journalistes avaient été conduits au commissariat mais a souligné qu’ils n’avaient pas été interpellés.

«Les journalistes des médias enregistrés, mais aussi les journalistes étrangers accrédités auprès du ministère des Affaires étrangères seront relâchés», a-t-elle précisé.

Situation en Biélorussie

Depuis l’annonce des résultats de la présidentielle du 9 août, les manifestations se sont enchaînées dans le pays alors que, selon la Commission électorale centrale, le Président en exercice, Alexandre Loukachenko, a remporté le scrutin avec 80,1% des voix.

Au cours des premiers jours, les forces de l’ordre ont réprimé les actions, recourant aux lacrymogènes, canons à eau, grenades lacrymogènes et balles en caoutchouc. Selon les données officielles, quelque 6.700 personnes ont alors été interpellées. Des centaines de personnes, dont plus de 120 membres des forces de l’ordre, ont été blessées et trois manifestants ont trouvé la mort.

Parallèlement, des actions de soutien à Alexandre Loukachenko ont eu lieu.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
journalistes, Biélorussie, Minsk
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook