International
URL courte
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (65)
113129
S'abonner

La Turquie a rejeté la demande de l’UE de cesser les travaux de prospection de gisements d’hydrocarbures en Méditerranée, rappelant que Bruxelles n’avait pas le droit de s’ingérer puisqu’il s’agit des eaux territoriales turques, selon le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères.

L’exigence de l’Union européenne d’arrêter les travaux turcs de prospection géologique en Méditerranée orientale est contraire au droit international, a déclaré vendredi 28 août le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy.

«L’UE n’a pas le droit de critiquer et d’exiger l’arrêt des activités de prospection d’hydrocarbures que notre pays mène dans ses eaux territoriales. En plus, l’UE n’y est pas habilitée. Cette exigence est contraire au droit international», a indiqué M.Aksoy dans un communiqué.

Selon lui, si l’UE menace d’adopter des sanctions alors que la Turquie souligne l’importance d’un dialogue, ce ne fera qu’augmenter la résolution d’Ankara.

«Si l’UE souhaite régler le problème de la Méditerranée orientale, elle doit être un partenaire impartial et honnête», a ajouté le porte-parole.

L’UE envisage des sanctions

L'Union européenne peut passer des sanctions individuelles aux sanctions sectorielles en cas d'échec des négociations avec Ankara sur la situation en Méditerranée orientale, a déclaré vendredi 28 août le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, à l’issue d’une réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Berlin.

«En l'absence de progrès de la part de la Turquie, nous pourrions établir une liste de nouvelles mesures restrictives» qui seraient discutées au sommet de l’UE le 24 septembre, a annoncé M.Borrell.

Tensions en Méditerranée

En juillet, la Turquie a lancé des travaux de prospection géologique dans les secteurs de la Méditerranée orientale que la Grèce et Chypre considèrent comme leurs zones économiques exclusives.

Cela a fait monter la tension dans les relations entre la Grèce et la Turquie. La Grèce a mis ses forces armées en état d’alerte renforcée. Plusieurs pays européens ont exigé l’adoption de sanctions contre Ankara pour ces activités qu’ils considèrent comme illégales.

Le 27 août, la Turquie a annoncé l'extension de la mission de son navire de recherche sismique Oruç Reis dans une zone riche en gaz en Méditerranée orientale qu’elle se dispute avec la Grèce, au risque d'aggraver des tensions déjà vives.

La Marine turque a indiqué le même jour qu'elle mènerait des «exercices de tirs» les 1er et 2 septembre au large d'Alexandrette, dans une zone située au nord-est de l'île de Chypre.

Dossier:
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (65)

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Tags:
Hami Aksoy, prospection pétrolière, hydrocarbures, Méditerranée, Méditerranée orientale, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook