International
URL courte
Tensions en Biélorussie à l’issue de la présidentielle 2020 (89)
27717
S'abonner

La situation tendue à la frontière occidentale de la Biélorussie a été comparée par le Président du pays à celle qui s’était créée à la frontière soviétique à la veille de l’invasion par l’Allemagne hitlérienne.

Le Président biélorusse Alexandre Loukachenko a comparé la situation à la frontière occidentale de son pays à celle qui régnait à la frontière soviétique à la veille de l’attaque du pays par l’Allemagne nazie. Lors de sa visite dans la région de Vitebsk, il a déclaré que «l'armée soviétique avait alors été bercée et n’a pas été en mesure de repousser l'agression».

«J'ai très bien appris l’Histoire et je le sais. Par conséquent, je tire des conclusions. Ce fut une leçon pour moi. Cela étant, j'ai dû mettre la moitié de l'armée en état d’alerte avancée et la déployer en encerclant pratiquement Grodno afin qu’ils ne lorgnent pas cette perle», a-t-il souligné.

Alexandre Loukachenko a appelé la population à ne pas s'inquiéter, soulignant que ces problèmes étaient les siens et qu'il les réglerait. Il a ajouté qu’il était également important que les régions résolvent elles aussi ce problème afin de ne pas perdre «toute cette richesse que nous voyons aujourd’hui».

Mouvement des troupes de l’Otan

Alexandre Loukachenko a déclaré plus tôt dans la journée qu’une menace militaire émanant de l’Occident pesait réellement sur le pays, précisant que l’Otan avait transféré 18 chasseurs américains F-16 aux frontières de la Biélorussie et avait entamé des exercices.

À l’issue d’une réunion du Conseil de sécurité biélorusse, le Président avait chargé le ministère de la Défense de suivre de près le mouvement des troupes de l'Otan en Pologne et en Lituanie et de «ne pas hésiter» à déployer ses unités en directions de leurs déplacements.

Entretemps, l’Alliance a affirmé à Sputnik que ses exercices dans la région de la Baltique avaient été prévus depuis longtemps et n’avaient rien à voir avec les évènements en Biélorussie. La porte-parole de l’Otan, Oana Lungescu, a déclaré que la présence de l’Alliance en Europe de l’Est était strictement défensive et ne constituait pas de menace.

Dossier:
Tensions en Biélorussie à l’issue de la présidentielle 2020 (89)

Lire aussi:

Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
L’UE réagit aux sanctions contre l’Iran rétablies unilatéralement par les États-Unis
Tags:
OTAN, Alexandre Loukachenko, URSS, Biélorussie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook