International
URL courte
181913
S'abonner

Le syndicat de la police de Kenosha a publié une déclaration affirmant que Jacob Blake n'avait pas tenté d'interrompre une bagarre entre deux femmes et qu'il n'était pas désarmé, relate Kenosha News.

L'avocat Brendan Matthews, qui représente le syndicat de la police de Kenosha, a publié une déclaration sur l’affaire de vendredi dernier dans laquelle le jeune Afro-Américain Jacob Blake avait été grièvement blessé par la police, signalant qu'il y avait des déclarations «totalement inexactes».

«La représentation purement fictive d'événements provenant de personnes sans connaissance directe de ce qui s'est réellement passé est incroyablement nuisible et ne procure aucun avantage à qui que ce soit», a-t-il indiqué, cité par Kenosha News.

Selon lui, les agents ont été informés avant leur arrivée qu'un mandat d'arrêt avait été délivré contre Jacob Blake pour violences domestiques, dont une accusation d'agression sexuelle de niveau trois. Les forces de l’ordre qui interviennent dans le cas de personnes visées par ces mandats sont tenues de les mettre en détention.

L'avocat a également contesté les déclarations des personnes présentes sur les lieux d'après lesquelles le jeune tentait d'arrêter une bagarre entre deux femmes et qu'il n'était pas armé.

«M.Blake n'était pas désarmé»

«Monsieur Blake n'était pas désarmé. Il était armé d'un couteau. Les agents n'ont pas vu le couteau au départ. Ils ont donné à M. Blake des ordres répétés de laisser tomber le couteau. Il ne s'y est pas conformé», a précisé l'avocat.

Il a ajouté que l'Afro-Américain avait opposé une résistance violente aux policiers.

Jacob Blake a été grièvement blessé par des policiers à Kenosha et disposait d'un couteau dans sa voiture, ont fait savoir le 26 août les autorités du Wisconsin.

Selon un communiqué du département de la justice de cet État du nord des États-Unis, la police avait été envoyée à Kenosha à la suite de l'appel d'une femme disant que «son petit ami» était chez elle et «n'était pas censé» s'y trouver.

Une fois sur place, ajoute le communiqué, les agents ont, «sans succès», «tenté d'arrêter» M. Blake à l'aide d'un taser.

Un policier lui a tiré sept balles dans le dos alors qu'il résistait à son interpellation.

Manifestations massives et boycott des play-offs de la NBA

L’affaire a provoqué des manifestations massives dans la ville qui ont dégénéré en violences avec des heurts entre protestataires et forces de l'ordre et engendré de nombreuses dégradations.

Par solidarité, plusieurs joueurs de basket ont décidé de boycotter des matches, obligeant la NBA à reporter trois rencontres de play-offs prévues mercredi.

«Nous demandons le changement. On en a marre», a tweeté la superstar des Los Angeles Lakers, LeBron James.

Le père de Jacob Blake a annoncé que la partie inférieure du corps de son fils était paralysée suite à ses blessures. Son avocat a confirmé le fait, indiquant que tout portait à croire qu'il ne pourrait plus marcher.

Lire aussi:

L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Tags:
Afro-américains, interpellation, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook