International
URL courte
14640
S'abonner

Dans le sillage de l’accord de paix récemment conclu entre les Émirats arabes unis et Israël sous les auspices des États-Unis, Israël mène actuellement des négociations avec plusieurs pays arabes en vue de la normalisation de leurs rapports bilatéraux, relate l’AFP.

Des responsables israéliens discutent en secret avec des dirigeants de pays arabes et musulmans d'une normalisation des relations avec l’État hébreu, a affirmé ce 30 août le Premier ministre, Benyamin Netanyahou, rapporte l’AFP. Benyamin Netanyahou s'est déjà entretenu avec des responsables du Soudan, du Tchad et d'Oman.

Mais «il y a beaucoup plus de rencontres non médiatisées avec des dirigeants arabes et musulmans pour normaliser les relations», a-t-il dit lors d'un point de presse à Jérusalem, aux côtés de Jared Kushner, le conseiller à la Maison-Blanche.

Il n'a pas pour autant précisé l'identité des autres pays impliqués.

«Les percées d'aujourd'hui seront les normes de demain, elles ouvriront la voie à d'autres pays qui vont normaliser leurs relations avec Israël», a souligné Benyamin Netanyahou.

L’État hébreu cherche actuellement à étendre à d'autres pays de la région l'accord de normalisation.

«Premier vol commercial direct»

Témoignant de la volonté de faire avancer rapidement cette normalisation, une délégation américano-israélienne doit prendre le 31 août le «premier vol commercial direct» entre Tel Aviv et Abou Dhabi, rappelle l’AFP. Selon la presse israélienne, l’appareil affrété par le transporteur israélien El-Al devrait traverser l'espace aérien saoudien.

Israël et les Émirats arabes unis ont annoncé le 13 août avoir passé un accord de paix, négocié avec l’aide des États-Unis, qui devrait aboutir à une normalisation complète des relations diplomatiques entre les deux pays. Les Émirats ont abrogé la loi de boycott d'Israël, a annoncé le 29 août l'agence de presse officielle émiratie Wam.

D’autres pays arabes semblent également tentés, au grand dam de l’autorité palestinienne, par un rapprochement avec Israël. Le Qatar a pour sa part réaffirmé sa position «en faveur du droit du peuple palestinien frère à la création d'un État aux frontières de 1967, avec Jérusalem comme capitale» par la voix de son chef de la diplomatie qui n’a toutefois pas réagi à l’accord de paix israélo-émirati.

Lire aussi:

Les États-Unis cherchent à former une coalition contre le Nord Stream 2
Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
Assoupi au volant, il prive d’électricité une partie de la Drôme
L’étrange liquide découvert dans une ancienne tombe en Chine identifié
Tags:
négociations, États-Unis, Émirats Arabes Unis, Israël, Benjamin Netanyahu
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook