International
URL courte
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (août 2020) (65)
235949
S'abonner

Le dirigeant turc a accusé ses homologues grec et français d’«incompétence» tandis que les tensions ne cessent d’augmenter concernant l’exploration d’hydrocarbures en Méditerranée.

Sur fond de récentes tensions en Méditerranée orientale, Recep Tayyip Erdogan a accusé les dirigeants grec et français d’«incompétence»:

«À notre lutte antiterroriste se sont ajoutées les menaces qui pèsent sur nos intérêts et nos droits en mers Méditerranée et Égée […]. Les peuples grec et français acceptent-t-ils ce qui risque de lui arriver à cause de leurs dirigeants cupides et incompétents?», a demandé le Président truc au cours de son intervention devant les diplômés de l’Académie de l’Armée de terre, à Ankara.

«À nos ennemis, nous disons "chiche!», a-t-il lancé.

Accusations mutuelles

Les tensions entre la Grèce et la Turquie sont montées d’un cran après l’exploration, le 10 août dernier, d’un navire de recherche sismique turc dans des eaux revendiquées par la Grèce. Cette dernière a alors mis ses forces armées en état d’alerte.

Samedi 29 août, la Turquie a commencé de nouveaux exercices militaires en Méditerranée orientale. La France a pour sa part déploré dimanche le «comportement escalatoire» d’Ankara et martelé que pour «dialoguer, il faut d’abord cesser l’escalade».

La France a également mené à deux reprises en août des exercices militaires conjoints avec la Grèce et Chypre, s’attirant de vives critiques d'Ankara qui a déploré son comportement de «caïd».

Dossier:
Escalade des tensions en Méditerranée orientale (août 2020) (65)

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Il était «mal informé»: Thierry Breton tacle Renaud Muselier après sa précommande de Spoutnik V
Tags:
Turquie, France, Méditerranée, Grèce, Recep Tayyip Erdogan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook